Pour le PCF, les salariés de Virgin sont victimes des actionnaires du groupe

Clément Solym - 08.01.2013

Edition - Economie - magasins - virgin - pcf


Face à la situation difficile que traversent les 26 magasins Virgin, appartenant au fonds Butler Capital Partners, le Parti communiste français (PCF) a vivement réagi, assurant que « ce n'est pas aux salariés de payer les erreurs des actionnaires. » Après avoir fait quelques arbitrages et trop peu d'investissements depuis le rachat du groupe à Lagardère en 2008, le fonds français doit assumer ses errements.   

 

Un millier d'emplois sont menacés si les magasins Virgin mettent définitivement la clef sous la porte. Pour le PCF, le fonds Butler « ne peut donc pas se désengager pour sauver son seul intérêt financier et jeter au chômage les salariés de Virgin, dans une France qui compte aujourd'hui un taux de chômage historique », rapporte l'AFP.

 

Créé en 1991 par l'homme d'affaires Walter Butler, le fonds d'investissement Butler Capital Partners s'est fait une spécialité du rachat de sociétés en difficulté. Nos confrères de La Tribune reviennent sur les principales caractéristiques de ce fonds qui aime plutôt la discrétion.