Pour les fêtes, Amazon accusé de rafler abusivement les stocks de livres

Julie Torterolo - 18.12.2015

Edition - International - Amazon - rupture de stock - éditeurs


Le schéma se reproduit chaque année : qui dit fêtes de fin d'année, dit achats de dernière minute. L’approvisionnement en livres à succès prend alors toute son importance aussi bien pour les géants que les librairies indépendantes. Mais là encore, le rapport de force vient faire vaciller les plus petits : certains éditeurs américains attestent qu'ils se font dépouiller de leur stock par Amazon en octobre et novembre, ne pouvant plus approvisionner correctement les petites librairies.

 

Amazon on Mars (The Economist, 21-27 juin 2014)

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Plusieurs éditeurs, grossistes et distributeurs se seraient confiés anonymement sur ce phénomène auprès de Publishers Weekly. Tous décrient un impact important d'Amazon sur leur saison de Noël. La firme de Jeff Bezos effectuerait des commandes « anormalement élevées » des succès de la rentrée littéraire en octobre et novembre. Les éditeurs expliquent alors avoir du mal à faire face à de telles commandes, et surtout aux approvisionnements des autres librairies pendant les fêtes.

 

« L’ensemble de l’industrie est organisé afin que tout se fasse dans le canal de distribution de manière linéaire : si quelqu’un le bouche par le haut, tout explose », explique un éditeur régional. Sa maison d’édition a senti l’impact d’Amazon sur une de ces nouveautés : même si le géant a passé une commande « significative » sur le tirage total du livre, il doit encore le rendre disponible en ligne. Pourtant, ledit ouvrage est déjà annoncé en rupture de stock sur le site du géant. 

 

Un autre éditeur a expliqué à PW qu’Amazon, de la sorte, force à réimprimer les livres de façon plus « agressive » pour pouvoir maintenir leur stock et notamment les distribuer à d’autres détaillants. De plus, il souligne qu’Amazon peut parfois laisser les stocks commandés pendant près de quatre semaines dans les entrepôts des éditeurs.

 

"Pour les petits éditeurs, c’est notre bonne période"

 

Un distributeur a cependant accepté de parler sans anonymat : Don Linn, directeur du Centre de distribution de Chicago gérant des titres académiques et universitaires. Ce dernier a confirmé que sa société a rencontré quelques problèmes avec Amazon cet hiver. La firme aurait passé plusieurs commandes ses dernières semaines, mais surtout une énorme le vendredi 11 décembre, les mettant dans une situation délicate. 

 

Sollicitée, Amazon a minimisé la situation : « Nous sommes ravis de la forte demande des clients à cette saison et nos prévisions pour les vacances nous laissent présager une augmentation des achats. Comme à notre habitude, nous travaillons durs avec les éditeurs afin de garder toujours du stock pour nos clients », a expliqué à PW un porte-parole de la firme. 

 

Néanmoins, cinq des plus grosses maisons américaines contactées par le journal disent ne pas avoir de problème. Pour PW, le problème semble ainsi « être dans un cercle limité ». Les éditeurs concernés ont tout de même déploré la situation sur le chiffre d’affaires, arguant une certaine « frustration ». « Pour les petits éditeurs, [Noël] c’est notre bonne période », expliquent-ils.