Pour les fêtes, les clients reviennent en librairie

Clément Solym - 13.12.2011

Edition - Librairies - librairies indépendantes - clients - livers


En France comme ailleurs, la saison de Noël sera amputée d'un week-end pour les ventes. Avec un 24 décembre qui tombe un samedi, ça va faire mal, dans tous les cas. Mais outre-Atlantique, signale le Nex York Times, les libraires font face à un retour des clients dans leurs magasins, assez inattendu. Grâce à des publications particulièrement prisées ? Tout arrive...

 

Les ventes du week-end réalisées pour Thanksgiving cette année auraient connu une augmentation de 10,9 % précise ainsi la chaîne Barnes & Noble, en regard de la même période l'an passé. Même l'American Booksellers Association estime que ses adhérents ont connu une hausse des ventes, d'environ 16 % par rapport à 2010. 

 

 

Face à une fin d'année 2010 qui était commercialement déprimante, les libraires sourient à s'en décrocher la mâchoire. Décembre 2010, c'était l'essor du lecteur ebook, Kindle en tête, avec des ventes qui dépassaient tout - sans qu'Amazon n'explique réellement ce que ce tout pouvait désigner. 

 

Mais il semble bien que les clients soient revenus dans les librairies, avec dans l'idée qu'un livre en papier, c'est tout de même un joli cadeau - un produit sensuel, comme dirait Bernard Pivot. 

 

Pourtant, cette période de faste est interprétée par certains comme le calme avant la tempête numérique : au matin du 25, on redoute les ventes de lecteurs ebook et de tablettes, reçus pour Noël, et l'engouement qu'il y aura alors. Et puis, les plus terre-à-terre se souviennent que Borders a fermé, et qu'avec lui, ce sont des centaines de magasins qui ont mis la clef sous la porte. De quoi expliquer également le retour chez les indépendants. 

 

Alors, les éditeurs, comme les libraires, se disent qu'il y a aussi cet éternel espoir de voir livre numérique et papier coexister. D'autant plus que toute une série de livres a connu un beau succès en version imprimée, comme notamment la biographie de Steve Jobs. Celle de Mark Twain a aussi fait les beaux jours des libraires ces dernières semaines, ou encore le 1Q84 de Murakami. 

 

Et puis, on peut toujours compter sur les monstres sacrés du dieu Baisst Céleur avec des  Michael Connelly, Stephen King, Janet Evanovich ou encore John Grisham. 

 

Du reste..., le mois de janvier ne manque pas d'inquiéter.