'Pour parler de poésie aujourd'hui, il est impossible d'ignorer le rap'

Antoine Oury - 16.03.2015

Edition - Société - Maison de la Poésie - spectacles vivants rap hip hop - Demi Portion concert


Ce vendredi 13 mars, la Maison de la Poésie accueillait le rappeur sétois Demi Portion, pour un live dans un cadre un peu particulier. La proximité avec le public a largement servi la performance, qui permet également de renouer avec une audience plus jeune. Olivier Chaudenson, le directeur de la Maison de la Poésie, a mis en place une programmation proche du spectacle vivant depuis son arrivée, en 2012.

 

 

Demi Portion à la Maison de la Poésie - 13 mars 2015

Demi Portion à la Maison de la Poésie, DJ Rolex aux platines (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Le rappeur n'était pas le premier à présenter ses textes dans une des pièces de la Maison de la Poésie : Kacem Wapalek, rappeur venu de Lyon, et Oxmo Puccino ont déjà pu y faire résonner toute l'étendue de leur art. « Quand on veut parler de poésie aujourd'hui, il est impossible de ne pas se tourner vers les rappeurs », souligne Olivier Chaudenson. « Nous voulions les inviter dans ce cadre hospitalier, accueillant, pour un spectacle ouvert vers les inspirations littéraires. »

 

Du côté de Demi Portion, il y a Brassens, auquel le rappeur a pu rendre hommage à diverses occasions. Il interprètera sur scène « Mourir pour des idées », mais ses références vont plus loin, chez Frantz Fanon, avec Les Damnés de la Terre, ou les mangas avec Dragon Ball, dont la pochette de son dernier album, Dragon Rash, est inspirée.

 

Ou encore Fabe, un des rappeurs les plus impertinents du rap français.

 

 

 

 

Finalement, le concert a tout d'une performance live, DJ et backeur (Monotof, de Montpellier) à l'appui. Les MCs Haroun et Morad de la Scred Connexion viendront même interpréter quelques titres avec Demi P. « Finalement, ils font le spectacle qu'ils veulent », souligne Olivier Chaudenson, puisque leurs textes se suffisent à eux-mêmes en tant que production poétique.

 

Depuis son arrivée à la tête de la Maison de la Poésie, Olivier Chaudenson a tenu à remettre les auteurs au centre de la programmation, en multipliant les initiatives de spectacles vivants. La musique y tient une place importante, avec des lectures musicales comme la rencontre entre le romancier Nicolas Rey et le guitariste Mathieu Saïkaly, en octobre 2014.

 

Mais les autres événements cherchent souvent l'angle original, inédit. Ce soir, par exemple, le pâtissier Pierre Hermé rencontrera l'écrivain et poète François Cheng, pour une lecture-dégustation. Une programmation dynamique, qui donne quelques espoirs face à la morosité médiatique qui entoure la poésie contemporaine, exprimée à de nombreuses reprises par ceux qui la pratiquent.

 

Le concert de Demi Portion a pratiquement fait salle comble, et Olivier Chaudenson se félicite d'un taux de remplissage toujours supérieur à 75 % des salles, pour ces dates rap. Les invitations de rappeurs se poursuivront, avec la rappeuse Casey qui sera bientôt au rendez-vous.