medias

Pour Roselyne Bachelot, “on ne pourra pas feuilleter les livres” dans les librairies

Antoine Oury - 12.11.2020

Edition - Librairies - Roselyne Bachelot - librairies reouverture - confinement librairies


Le Premier ministre Jean Castex propose, ce jeudi 12 novembre, un point sur la progression de l'épidémie de coronavirus en France et sur les effets du deuxième confinement. Les libraires, qui espéraient une réouverture au public possible à partir du 13 novembre, ont pour la plupart renoncé à cette échéance. La date du 1er décembre est désormais au centre des discussions, mais les conditions restent compliquées : ainsi, pour Roselyne Bachelot, « il ne faut absolument pas feuilleter les livres » dans les librairies.



Invitée à présenter le budget 2021 de la Culture devant le Sénat, Roselyne Bachelot-Narquin a consacré quelques minutes à la situation des librairies, classées dans les commerces non essentiels et contraintes à la fermeture au public. Des conditions difficiles pour les professionnels, dans la mesure où les activités de commandes et de retraits (click & collect, clique et collecte, clique et rapplique, selon les préférences) ne couvrent en moyenne qu'un tiers du chiffre d'affaires habituel.

Avant même le début du deuxième confinement, éditeurs, libraires et auteurs se mobilisent pour obtenir la réouverture au public rapide des librairies : sans succès, pour le moment. Une réouverture potentielle n'interviendrait pas avant le 1er décembre, d'après les bruits de couloirs, en raison des chiffres de l'épidémie de coronavirus en France, toujours préoccupants selon les autorités.

En attendant, les organisations professionnelles de la librairie poursuivent les discussions avec les ministères, de la Culture, de la Santé et de l'Économie, pour définir les conditions de cette réouverture. « On est en train de réfléchir à ce qu'on pourrait faire dans un contexte sanitaire que vous connaissez. [...] On pourrait imaginer, si la situation sanitaire se desserre, [...] la jauge de 4 m2 par personne, le secteur est même tout à fait disposé à dire s'il faut 8, on serait d'accord pour 8, de faire l'accueil sur rendez-vous », indique la ministre.

Un point, toutefois, semble catégoriquement impossible à Roselyne Bachelot-Narquin : « Il y a une chose sur laquelle on ne peut pas transiger, c'est le fait de ne pas feuilleter les livres. Pardon, mais dans la crise sanitaire, certains disent : “Mais finalement, on met des masques et on a du gel hydroalcoolique.” Ça ne suffit pas. Il ne faut absolument pas feuilleter les livres », assure-t-elle.
 
« Il faut développer les moyens, que le libraire soit le seul, porter des gants... Il y a toute une logistique qui n'est pas si simple. » Pas si simple, et sans doute contraignante pour le libraire et les clients : dans ces conditions, une réouverture au public reste-t-elle si souhaitable ?

L'intervention de la ministre de la Culture est à retrouver ci-dessous.
 


Photographie : Roselyne Bachelot au Sénat, mardi 10 novembre 2020, capture d'écran Public Sénat


Commentaires
Il ne faut pas feuilleter les livres mais au boulot on peut échanger des documents, taper sur des claviers, ouvrir des portes, et au supermarché toucher des boîtes de conserves, paquets, fruits et légumes, terminaux de carte bleue... Et donc, la seconde vague ne serait pas due aux gens qui portent leur masque à moitié ou pas du tout, aux restaurants bondés, aux transports en commun, aux réunions en salles fermées... mais au livre aussi?



Le grand n'importe quoi.
Eh oui, pays dirigé par des Énarques, donc dans l'incapacité de gouverner : gouverner, c'est prendre une décision : c'est trancher. C'est avoir une idée et la suivre.

Ici, on a des réunions qui se succèdent, singeant l'industrie (qui elle, finit par trancher). On marche sur la tête ensuite : on enferme les gens malades, on décrète les petits commerces comme source contaminante, mais pas les grands ou les transports en commun. On ne fait rien entre deux épisodes épidémiques pour combler les manques (eh oui, il faudrait prendre des décisions !), mais on continue de fermer des... lits.

Monde de comptables pour Français qui veulent ça finalement : après tout, tous ces gens ne sortent pas du chapeau. Ils ont été élus. Il parait même que certains continuent de les soutenir (dixit la Pravda dans les sondages, les mêmes sans doute qui donnait Biden vainqueur avec 17 points d'avance).

Bref, on a le monde qu'on a voulu. Quand on pense qu'il suffirait de ne plus acheter pour que ça ne se vende plus...
Il est impossible de feuilleter les livres.

Pourtant il est possible de se servir des toilettes publiques.

Il marche sur la tête dans ce gouvernement.
Si les gens se nettoient tous les mains au tel et portent correctement leur masque, quel est le risque?

Certains livres, achetés à un prix élevé surtout à Noël,dont consultés par le client dans une librairie. Sinon on achète en ligne...

Les employés d Amazon ont-ils les mains propres quand ils font les paquets, est-on sûr qu ils ne crachent pas dessus?

La Ministre de la Culture n a rien fait pour les musées, salles de cinéma ou de spectacle,

maintenant elle assassine les librairies...



Pourquoi les transports dont ils autorisés pour les humains dans des conditions que l on condamne pour les animaux?

Sans oublier les personnes à risque, âgées et avec de multiples pathologies, qui dont tous les joursdans les supermarchés et sui se collent aux autres dans la queue.
Une pompe a essence est touchée par combien de personnes entre 2 nettoyages? Y en a t il seulement ?

Alors pitié pour les libraires!
Bravo, madame la ministre. Vous enlevez votre masque à pleine main, vous vous grattez le pif et remettez le masque. Quelle crédibilité ! S'il y a du virus sur votre masque, aussi FFP2 qu'il soit, vous avez le virus dans le pif à présent. Félicitations.
Il est clair que la venue de Mme Bachelot n'arrange en rien le secteur culturel ! C'est au contraire un enterrement de première classe pour tout le monde culturel ! Cette décision est parfaitement révoltante au vu des précautions déjà prises par les librairies ! Je pense que Madame Bachelot va très vite prendre la direction de la sortie... Le monde culturel ne va pas accepter des bêtises pareilles sans réagir ! Cette arrogance, cette suffisance et malheureusement, cette bêtise, sont insupportables !
Dans ma bibliothèque ,les livres étaient gardés 15 jours avant d'être re prêtés.Je pense que les livres gardent bien le virus ... ( Dans l'idée " Le nom de la rose " wink
En effet Annie, dans ma bibliothèque aussi ! Et même quatre semaines avant de réintégrer les livres. Si l'on se lave les mains en entrant et si on porte un masque, le risque est très très limité. A la sortie de la librairie, se laver une fois encore les mains... Sur les livres, le virus qui peut être dessus n'est pas forcément des plus actifs. On dirait que pour les livres, c'est plus risqué... que fait-on des courriers, des éléments que l'on touche à la maison, des provisions dans les grandes surfaces etc... ? Il faut se laver régulièrement les mains, se protéger et protéger les autres en respectant masques, lavages de mains et distance. Avec tout ça, on éviterait une vraie parano tout en vivant au mieux... Il est temps de retrouver raison pour les malades et les autres. Il ne s'agit pas de faire la fête ou de recevoir 15 invités, non masqués et sans distance...
Par contre au CDI du lycée pas de problèmes sur les copies non plus d'ailleurs... Quelle bandes de branquignols.
Les médiathèques, les libraires sont fermés...mais pas les CDI dans les lycées et collèges... avec des gestes barrières appropriés.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.