Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Pour sauver une chaîne de librairies chrétiennes, Dieu n'a pas suffi

Clément Solym - 27.02.2017

Edition - Les maisons - chaîne librairies chrétiennes - Dieu plan librairie - magasins produits christianisme


Ce ne sera pas la rédemption espérée pour la chaîne de librairies chrétiennes : l’enseigne Family Christian, qui dénombre 266 établissements sur le territoire américain, va définitivement fermer ses portes. Après 85 années d’activité, ce sont 3000 personnes employées qui vont goûter l’amertume du calice.

 

 

 

La faillite annoncée en février 2015 avait déjà déboulonné quelques clous : « Nous avons examiné avec soin, et dans la prière, chacune des options » assurait le PDG Chuck Bengochea. D’autant plus que, deux mois plus tard, l’ensemble de l’enseigne était accusé d’escroquerie. Entre 2008 et 2015, les établissements avaient accusé une perte de 29 % du chiffre d’affaires.

 

Pourtant, quelques mois plus tard, une sorte de révélation s’approche : la Très Bonne Nouvelle d’un salut vient à l’horizon. Un repreneur assure qu’il effacera les dettes et sauvera la structure à but non lucratif. L’ardoise de 127 millions était effacée, et Family Christian pouvait de nouveau savourer la vie éternelle.

 

« Nous avons un Dieu souverain qui a un plan pour Family Christian. Nous avons passé les journées sombres, et désormais, pouvons nous réjouir » , assurait Chuck Bengochea, le PDG.

 

Ou pas.

 

D’abord, le personnel était passé de 4000 personnes à 3000. Ensuite, et en dépit de tous les efforts consentis par les différents fournisseurs et créanciers, notamment les éditeurs, rien n’y a fait.

 

Depuis le placement en protection judiciaire contre la faillite, les ventes n’ont pas repris, bien au contraire. « Malgré les améliorations apportées à l’assortiment de produits et l’expérience en magasin, les ventes ont continué de chuter », explique aujourd’hui Bengochea.

 

« Nous n’avons pas été en mesure d’obtenir les tarifs et les conditions dont nous avions besoin, auprès de nos fournisseurs, pour devenir concurrentiels sur le marché. Nous avons prié, observant toutes les options possibles, et faisant confiance au plan de Dieu pour notre structure, et la décision difficile que de passer en liquidation est notre unique recours. »

 

Considérée comme le plus important détaillant au monde, pour tout ce qui touche aux produits liés à la vie chrétienne, l’enseigne, disséminée à travers 36 États, baisse le rideau.

 

Selon les analystes, il ne s’agit pas tant du segment qui poserait problème – ni réellement d’un problème de plan divin – mais plutôt la situation globale du marché, et la position des chaînes. Ken Dalton, expert de la vente au détail, précise que c’est ce même mouvement qui a conduit à la fermeture des librairies Borders. 

 

En 2012, elle avait connu un premier rachat, alors qu’elle était détenue par un fonds d’investissement.

 

Dans un communiqué, Bengochea estime que la société Family Christian a « laissé un puissant héritage, encourageant les gens à trouver, faire grandir, partager et célébrer leur foi en Jésus Christ ». Au fil du temps, la société avait en effet multiplié les partenariats avec des hôpitaux et des organismes caritatifs, pour recueillir des dons et venir en aide aux orphelins.

 

via Detroit Free Press