Pour son livre, la YouTubeuse Jenesuispasjolie fonde sa maison d'édition, La Page Qui Bouge

Clément Solym - 09.05.2016

Edition - Les maisons - Youtube livre aolescents - maison édition création - éditeur Page qui bouge


La Youtubeuse Jenesuispasjolie, fait partie de cette génération d’internautes qui font l’actualité. Figure de premier plan, elle a préféré monter sa propre maison d’édition plutôt que de signer avec un éditeur classique. Son premier ouvrage sera disponible le 18 mai : Je ne suis pas jolie, c’est vous les plus belles. 

 

 

 

C’est en 2010 que la chaîne Je ne suis pas jolie s’ouvre sur Youtube. Essentiellement, ce sont des conseils et recommandations autour du maquillage qu’elle délivre. Et puis, viennent des vidéos lifestyle, beauté et d’autres encore. À 19 ans, cette habitante de Montpellier a développé une forte communauté – plus de 2,5 millions de personnes qui suivent ses interventions à travers les réseaux sociaux, assure-t-elle. 

 

« Elle conseille, échange et crée un lien très fort avec sa communauté de plus en plus présente. [...] Léa a eu envie de partager autrement, avec du recul et beaucoup d’humour, sur les épreuves et tracas des adolescentes d’aujourd’hui », explique le résumé de son ouvrage. 

 

« Du premier chagrin d’amour à la contraception en passant par les boutons d’acné : Guide 2.0 de la grande sœur virtuelle, on y retrouve des vidéos beauté (avec QR code), des “Do It Yourself” pour fabriquer ses produits maison et même des pages à illustrer pour faire de ce livre le sien. »

 

Bien entendu, c’est en vidéo qu’elle annonce la création de sa structure, une SAS nommée La Page Qui Bouge, fondée le 17 février dernier. 

 

 

 

La génération des YouTubers s’est développée sur le web, mais finit par avoir des répercussions en librairie. Leurs livres font revenir (ou venir ?) les jeunes qui les suivent dans les boutiques de livres.

 

« Désormais, dès leur sortie, savamment annoncée sur leurs blogs par ces jeunes artistes qui sont aussi des entrepreneurs avisés, les ados se ruent sur les ouvrages de leurs idoles comme la vérole sur le bas clergé. Il en résulte de véritables succès de librairie qui ont plusieurs avantages, à savoir inciter les jeunes à fréquenter les librairies et à lire, et ainsi soutenir les librairies indépendantes en leur offrant une nouvelle manne économique pour le moins inattendue », expliquait Jean-Philippe Delvaux, libraire à Provins. 

 

Raison pour laquelle plusieurs séances de dédicaces sont d’ores et déjà annoncées par l'auteure – Nîmes, Paris, Bordeaux et Strasbourg, entre le 25 mai et le 15 juin. 

 

Ce qu’elle note est assez simple : les propositions de collaborations qui lui furent adressées n’étaient « pas du tout ce dont j’avais envie ». Et par-dessus tout, elle manifeste le désir « de tout contrôler, le grammage du papier, l’imprimerie qui ferait l’impression ». 

 

L’ouvrage a été coécrit avec Emmanuelle Figueras, auteure de plusieurs ouvrages chez Glénat, Fleurus ou encore Mango et Milan. Il sera proposé uniquement en version papier, semble-t-il : pas d’offre numérique annoncée sur les sites marchands. Cependant, elle annonce « des vidéos exclusives, tournées spécialement pour le livre ». 

 

Et pourquoi cela risque de fonctionner ? « C’est le livre d’une ado pour des ados. »