Pour Terry Pratchett, la Couronne oublie les malades d'Alzheimer

Clément Solym - 13.03.2012

Edition - International - Terry Pratchett - Alzheimer - Grande-Bretagne


Sir Terry Pratchett ne se bat plus seulement contre une forme rare de la maladie d'Alzheimer, diagnostiquée en 2007, mais aussi contre le gouvernement britannique. Il accuse celui-ci de culpabiliser les patients en les faisant passer pour des « profiteurs » usant et abusant de leur protection sociale.


On dirait bien que l'Europe s'est passée le mot : la protection sociale n'a plus la cote. Sir Terry Pratchett, célèbre auteur de fantasy, a tiré la sonnette d'alarme en dénonçant un traitement trop cher et insuffisant de la maladie en Grande-Bretagne, qui pousse les familles à la « banqueroute ».

 

Terry Pratchett en 2009 (photo: Wikipedia)

 

 

L'auteur réagit en fait à la 27ème Conférence Internationale sur la Maladie d'Alzheimer qui s'est déroulée à Londres du 7 au 10 mars dernier : d'après Pratchett, « Les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer sont discriminées sous prétexte qu'elles ont besoin d'une couverture sociale. » La pathologie est « plus considérée comme un problème que comme une maladie ».

 

En 2008, Terry Pratchett s'était fait remarquer par un don de 1 million $ à l'Alzheimer's Research Trust. Comme Bernard Levin ou Iris Murdoch, la maladie d'Alzeihmer a été diagnostiquée à Terry Pratchett en 2007 : une maladie encore taboue que l'écrivain s'était attaché à décrire dans de longs entretiens sur la BBC.

 

« Si nous contribuons tous au National Health Service (sécurité sociale britannique, NDLR), alors nous devons tous être pris en charge de la même façon. C'est aussi simple que ça » a expliqué l'auteur, après avoir rappelé que le traitement des malades pouvait coûter jusqu'à 100 000 £ (soit 120 000 €) aux familles.