Pour un bon livre : une bande-annonce, un style et une crème anti-âge

Clément Solym - 15.12.2010

Edition - Société - livre - promotion - creme


Gary Shteyngart vient de répondre à quelques questions de GalleyCat sur les livres, le sien, leur promotion et leur avenir. Surtout que son nouvel ouvrage, Super Sad True Love Story se déroule dans un univers où l'industrie de l'édition s'est effondrée...

Et le romancier d'envisager plusieurs remèdes pour s'assurer que son roman ne soit qu'un mauvais rêve. D'abord, acheter des livres. C'est bien. Ensuite, les lire. C'est mieux. Et parler des livres avec des gens. C'est encore mieux. Mais cela tombe presque sous le sens.

Quant à ses thèses sur la mort de la littérature, il en revient légèrement, après une tournée promotionnelle qui lui a permis d'aller à la rencontre de son public et d'en découvrir tout l'enthousiasme, partout où il s'est rendu.

Une chose lui reste : la promotion en ligne de son ouvrage, qui a connu un certain succès, avec 100.000 visionnages sur YouTube. Un système efficace, surtout quand il est couplé à l'annonce promotionnelle sur les sites.

Maintenant, lire et parler des livres, ou en faire parler, c'est bien, mais il faut encore écrire. Et pour ce faire, il encourage les jeunes auteurs à développer une voix forte. Et utiliser de la crème antivieillissement de la peau. Parce qu'il n'y a rien de plus smart qu'un jeune auteur.

« Lisez des trucs que vous aimez vraiment et n'oubliez pas de vous tenir éloignés de cette matière, que votre écriture ne ressemble pas à un hommage. Lisez des classiques. Ils sont toujours bons. »