Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Pour une caisse de retraite "qui soit une véritable structure solidaire"

Nicolas Gary - 14.06.2014

Edition - Société - cotisations retraite - auteurs régime - Frédéric Buxin


Depuis le début de la semaine, le SNAC BD a déclenché les hostilités : dans une lettre ouverte à la ministre de la Culture, ce dernier a fait état des difficultés, pour les créateurs, qu'entraînerait la réforme prochaine des cotisations retraite. En cause, les projets de l'IRCEC/RAAP, qui annonçaient « abruptement, par simple courrier et sans consultation d'aucune sorte, qu'à compter de janvier 2016 nous allions devoir cotiser à hauteur de 8 % de nos revenus pour financer notre retraite complémentaire obligatoire ». 

 

 

machine à écrire livres en vrac

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Évidemment, la pilule n'est pas passée, et le président de l'IRCEC/RAAP, Frédéric Buxin, a répondu au courrier adressé à la ministre : « Très investi dans mon mandat, j'ai pris la peine de téléphoner à beaucoup d'entre vous, qui m'aviez adressé un mail type. Quel constat ? Majoritairement, vous vivez avec des montants de droits d'auteurs indignes. Vous vous plaignez de la concurrence, du fait que vous soyez trop nombreux à solliciter les éditeurs qui vous font le chantage habituel "un autre accepte pour ce prix-là".

 

Ce sont des choses bien connues par l'ensemble de vos élus qui, contrairement à ce que certains veulent vous faire croire, ne sont pas déconnectés de la réalité. Comme vous, nous vivons de nos créations et de nos droits d'auteur. Mais en quoi cette situation devrait-elle faire renoncer les artistes auteurs à une légitime protection sociale ? » 

 

De son côté, le SELF, syndicat des écrivains de langue française, souhaite ajouter sa pierre à l'édifice, et se joint aux protestations déjà entendues, pour alimenter le mouvement général de contestation. 

 

« Au-delà de la hausse des cotisations à hauteur de 8% sur nos droits d'auteur, et même si la Sofia promet désormais qu'elle continuera à abonder ces cotisations à hauteur de 50% (abondement prélevé sur… le droit au prêt en bibliothèque dont bénéficient tous les auteurs), nous protestons aussi contre le fait que l'IRCEC/RAAP dépende d'une société privée », précise-t-il dans un communiqué.

 

Le SELF exige de faire « la création d'une nouvelle caisse de retraite complémentaire qui soit une véritable structure solidaire, administrée démocratiquement et gérée par ses seuls ayants droit ». 

La ministre, de son côté, a assuré dans un message diffusé sur Twitter, qu'elle réfléchissait aux meilleures solutions.