Pour une librairie pertinente, fini les ouvrages de célébrités

Clément Solym - 15.01.2010

Edition - Economie - librairie - pertinente - moins


Pas de concession : on est libraire ou on est vendeur de petits pois. Et chez Waterstone's, on vient clairement de choisir son camp. Le directeur général, Gerry Johnson, vient de jeter un pavé dans la mare - encore que là, on parlerait plus volontiers de building - après avoir été évincé de son poste. Pourquoi ? Parce que la chaîne a accusé une baisse de vente.

Normal ? Pas si simple. On se souvient que Waterstone's avait décidé de ne pas commercialiser le prochain livre de Katie Price, la célébrité, parce que ras-le-bol de ces livres pourris signés par des stars et qui ne sont en fait pas de vrais ouvrages...

Pourtant, la société accuse bien une baisse des ventes au cours des cinq semaines encadrant Noël, avec environ 8,5 % de baisses. Mais Simon Fox, directeur général du groupe HMV, à qui appartient Waterstone's endosse l'entière responsabilité. Il l'a dit. Sauf qu'il a aussi dit que dans ses boutiques, on ne trouverait plus de ces livres de stars, parce qu'il était temps de donner aux lecteurs ce qu'ils attendent.

« Il ne s'agit pas de revenir en arrière et de retourner à de poussiéreuses librairies antiques. Il faut construire une chaîne spécialisée qui sera pertinente dans un monde de Google et d'Amaon », clame-t-il. Et avec ses quelque 300 boutiques, l'impact peut être assez important.

D'autant plus que la contre-performance de Waterstone's s'éclaire un peu mieux quand on constate que le marché lui-même a accusé une baisse de 8,6 % (celle de Waterstone's serait plus proche des 8,9 % selon les analyses).

Alors dans tous les cas, finalement, rien de si catastrophique. Mais une intention ferme de proposer des livres de qualité et moins de paillettes et de strass...