Pour vos chroniques de livres, passez par des pros de la com'

Clément Solym - 02.06.2010

Edition - Société - critiques - mentir - payer


On a connu l'écrivain qui publie des cochonneries sur ses confrères pour mieux faire valoir son travail - tout d'abord en affirmant que c'est de sa femme que venaient les commentaires désobligeants, puis avouant finalement qu'il en était l'auteur.

Un tel comportement était évidemment favorisé par la possibilité de publier anonymement des commentaires de lecture dans les colonnes d'Amazon.

Sauf que très récemment, en voilà un qui s'est fait prendre la main dans le sac, bien méchamment, avec une critique de livres si complaisante que la question du lien entre son auteur et l'écrivain, voire l'éditeur, voire les deux, se posait fortement. Très fortement.

Tant et si bien qu'après quelques clics, dévoile le journaliste du Cincinnati Beacon, on retrouvait des dizaines de commentaires postés par la même personne, toujours au sujet de livres... qui étaient pris en charge par une société chargée de relations presse basée à Clearwater, en Floride. Magnifique...

À retrouver en permanence des ouvrages évalués à 5 étoiles (soit le maximum à attribuer), les doutes grandissent et finalement la vérité éclate. Voilà bien le genre d'écueil que le monde numérique ne pardonne pas : si l'on triche, très bien, mais gare à ne pas se faire prendre.

À ce titre, il existe des sociétés qui sont spécialisées dans le remplissage d'articles, la publiniouze pour ne pas la nommer, qui n'a d'informatif que la forme, et de publicitaire que le reste. On les voit remplir des blogs entiers pour le compte d'une société, sans qu'il ne soit dit clairement que tout ce qui est publié relève de l'autopromotion.

Pour ce qui est d'Amazon et de ces commentaires, il aura suffi aux journalistes de farfouiller un peu la toile pour se rendre compte que les pseudo critiques publiés, n'étaient autre que des communiqués de presse pour le moins élogieux, et faisant preuve de tout, sauf de sens critique. Un petit coup de googling avec des guillemets permet rapidement de se faire une idée de ce genre de chose.

Or, on bascule du côté obscur du marketing lorsque l'on remonte assez loin : en effet, les fausses chroniques renvoient bien vers une société, EMSI, qui se pose comme une agence de relations publiques, que l'on rémunère pour ses capacités à faire parler de vous, et à déposer ici et là pour obtenir des avis valorisants sur votre production, de l'esprit ou non.

Une pratique qu'Amazon condamne dans sa charte d'utilisation, bien sûr.

La PDG de EMSI, Marsha Friedman, n'a bien évidemment pas souhaité répondre aux questions des journalistes. Mais on se régalera de découvrir l'ensemble de leur enquête...



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.