Pourquoi adhérer à la Ligue des auteurs professionnels : les témoignages

Nicolas Gary - 26.10.2018

Edition - Société - ligue auteurs professionnels - adhérents auteurs édition - adhésion Ligue auteurs


À peine lancée, la Ligue des auteurs professionnels fait des émules : 500 adhésions d’auteurs et autrices de tous secteurs en 24 heures, indique l'association. « Ils sont engagés tous ensemble autour de leurs métiers et de la demande du lancement d’une grande mission sur leur avenir », précise la Ligue.

 

 

Les auteurs réunis à la Maison Balzac lors de la création, ce 6 septembre. ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Ouverte en milieu de semaine, l'adhésion à la Ligue des auteurs professionnels (LAP) est proposée pour 5 euros. « L’adhésion à la Ligue est ouverte à tout auteur francophone ayant publié au moins un livre », indique-t-on.

L'organisation accueille ainsi tout auteur de livre francophone – avec une définition de l’auteur qui repose sur celle du Code de la Propriété intellectuelle. Autrement dit, la Ligue innove en étant la première organisation s’ouvrant aux mutations des pratiques d’écriture et de dessin à l’heure d’Internet : auteurs à compte d’éditeur, auteurs auto-édités, auteurs hybrides... tous sont bienvenus. 

 

Fragilisé, précaire et essentiel :
la place de l'auteur en France

 

L’association réunit à la fois des auteurs de best-seller très connus et de très jeunes auteurs publiant un premier ouvrage. La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, le SNAC BD, les États Généraux, y sont très impliqués, et invitent tous ceux qui souhaitent venir réfléchir avec eux à l’avenir du statut, et plus globalement du métier d’auteur.

 

Cet engagement financier servira de soutien aux activités naissantes de l’association et aux réflexions de fond menées sur l’avenir des métiers et de leur statut social. (voir ici)

 

La Guilde des Scénaristes a également salué le constat de la Ligue des auteurs professionnels, en y voyant des liens avec la situation actuelle des scénaristes de l’audiovisuel, qui eux aussi demandent la reconnaissance de leur travail.
 

Franck Riester et le livre : amnésie ou
tristes tropismes ?


Tatiana de Rosnay, Joann Sfar, Denis Bajram, Sophie Adriansen, Érik L’Homme, Mathou, Marie Vareille, Marie-Aude Murail, Maliki, Samantha Bailly, François Bon, Cy, Gaëlle Nohant... Ils sont plus d’une trentaine à témoigner en vidéo leur détermination à construire un corps professionnel, ainsi qu’à voir leur statut et leurs conditions de création s’améliorer. 















Commentaires

Ce que revendique la Ligue des auteurs professionnels, c'est ce que fait la SGDL depuis longtemps - à tel point que je crois lire et entendre du copié-collé ! Pourquoi diviser les auteurs ?
Il faudrait alors expliquer pourquoi la présidente de la SGDL a juré qu'elle ne travaillerait jamais avec la Ligue, non ?

Et ce que fait la Ligue est simple : bouger les choses. Le dernier CP de la SGDL sur la compensation de la CSG montre que le message commence à passer d'ailleurs, non ?
La Ligue est justement une réunion d'auteurs de tous les secteurs et d'associations s'étant déjà engagées pour la protection des auteurs (comme la Charte, le SNAC BD ou les Etats Généraux).



Pour rappel, la SGdL a salué l'initiative. Il ne s'agit pas de se substituer à elle mais de rassembler encore davantage, au profit d'une union de la profession que beaucoup attendent et qui n'a jusqu'à présent jamais été concrétisée, quoi qu'on en dise.
En réponse à Adrien Tomas : L'union de la profession existe déjà : c'est le conseil permanent des écrivains, qui rassemble 18 structures. Je suppose que la ligue va la rejoindre ?

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.