Pourquoi le florissement de l'édition ne profite pas aux libraires

Julien Helmlinger - 07.05.2013

Edition - Economie - Economie - Edition - Librairie


En regard des derniers bilans économiques de l'industrie de l'édition ; s'il semble que les éditeurs ont su profiter de l'introduction de l'offre numérique sur le marché, tel n'est pas le lot des libraires. Dans certains cas les consommateurs expriment leur préférence en faveur des librairies, comme lieu d'achat de livres, quand d'autres en revanche penchent vers les aspects pratiques du livre dématérialisé et des achats en ligne. L'on pourrait se demander en conséquence si l'engagement des libraires apporte une valeur ajoutée suffisante pour assurer la viabilité à long terme de la profession.

 

 

Chez le Taiwannais Eslite

 

 

Selon certains observateurs, la librairie devrait dynamiser davantage son aspect communautaire, si elle entend rester la référence en terme de lieu de vente comme de vitrine du livre. Ce qui pourrait notamment passer par l'organisation de rencontres entre lecteurs et auteurs, avec les éditeurs, et d'interventions au sein des écoles locales, ou autres évènements...

 

Et comme dans chaque cercle vicieux, plus la fréquentation des librairies est en berne, et plus les personnels auraient tendance à perdre la foi en leur avenir, et parfois, le sourire que le consommateur attend du commerçant.

 

Du côté des éditeurs indépendants, on s'est visiblement tourné vers les solutions de pointe, et notamment pour vendre des livres directement depuis les plateformes en ligne, tandis que de nombreuses librairies de brique et de mortier semblent restées en arrière, quelque part dans une espèce de nostalgie du 20e siècle.

 

D'un côté, il y a ceux qui veulent défendre un modèle de librairie traditionnel, à l'image de notre optimiste ministre de la Culture qui entend soutenir les finances du secteur, en y injectant 9 millions d'euros. De l'autre les pragmatiques à l'américaine, comme Bill McCoy de l'IDPF, qui soutiennent l'idée qu'il serait temps d'investir dans un nouveau modèle, en phase avec les perspectives qui se profilent à l'horizon.

 

S'adapter ou adopter une alternative, telle semble être la question que doivent se poser désormais tous les libraires. Et ce, qu'il s'agisse de petits indépendants comme de plus grandes structures.

  

Via FutureBook.