Neil Gaiman : lecture, imagination et bibliothèque, notre avenir

Nicolas Gary - 04.11.2014

Edition - Société - Neil Gaiman - lecture imagination - bibliothèques livres


Le 14 octobre 2013, Neil Gaiman a donné une conférence à l'invitation de la Reading Agency, au Barbican Centre de Londres. Voici une retranscription intégrale de son discours. Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la lecture et de l'imagination est un vaste plaidoyer de l'auteur, en 24 pages, sous-titré « Une conférence sur le devoir de chaque citoyen d'exercer son imagination et de pourvoir à ce que les autres exercent la leur. »

 

 Neil Gaiman en France

Neil Gaiman

ActuaLitté CC BY SA 2.0

 

 

Né en 1960 en Angleterre, Neil Gaiman est auteur de célèbres comics, scénariste et romancier. Lauréat de nombreux prix, il est lu dans le monde entier. Cette édition gratuite, destinée aux bibliothécaires, libraires et lecteurs, est offerte par Neil Gaiman et les éditions Au diable vauvert.

 

Retrouver L'Océan au bout du chemin en librairie

 

Le texte a été traduit de l'anglais par Patrick Marcel, et grâce à son éditeur, ActuaLitté vous propose de découvrir le texte dans sa version intégrale.

 

Il est important que les gens précisent dans quel camp ils se rangent et pourquoi, et s'ils pourraient être de parti pris. Une déclaration d'intérêts de la part des membres, en quelque sorte. Donc, je vais vous parler de lecture. Je vais vous dire que les bibliothèques sont importantes. Je vais suggérer que lire de la fiction, lire pour le plaisir, est une des plus importantes activités à laquelle on puisse s'adonner. Je vais lancer un appel passionné pour que les gens comprennent ce que sont les bibliothèques et les bibliothécaires, et qu'il faut les préserver.

Je suis de parti pris, de façon évidente et gigantesque : je suis auteur, souvent auteur de fiction. J'écris pour les enfants et les adultes. Depuis une trentaine d'années, je gagne ma vie par mes mots, en majorité en inventant des choses et en les écrivant. Il est évidemment de mon intérêt que les gens lisent, qu'ils lisent de la fiction, que bibliothèques et bibliothécaires continuent à exister et aident à favoriser l'amour de la lecture et des lieux où la lecture peut se pratiquer. 

[...]

Nous avons une obligation de dire à nos politiciens ce que nous voulons, de voter contre les politiciens, quel que soit leur parti, qui ne comprennent pas l'intérêt de la lecture pour créer des citoyens de qualité, qui ne veulent pas agir pour préserver et protéger le savoir et encourager l'instruction. Ce n'est pas une affaire de politique politicienne. C'est une question de simple humanité.

On a un jour demandé à Albert Einstein comment nous pouvions rendre nos enfants plus intelligents. Sa réponse a été à la fois simple et sage. « Si vous voulez que vos enfants soient intelligents, a-t-il dit, lisez-leur des contes de fées. Si vous voulez qu'ils soient plus intelligents, lisez-leur plus de contes de fées. »

Il comprenait la valeur de la lecture, et de l'imagination. J'espère que nous pourrons donner à nos enfants un monde dans lequel on leur fera la lecture, où ils liront, imagineront et comprendront.