Poutine pourrait mettre l'édition russe à genoux avec la TVA

Laure Besnier - 24.05.2018

Edition - Economie - édition russe - Vladimir Poutine - TVA livre


Les éditeurs russes s’inquiètent de l’augmentation de la TVA sur le livre prévue par le gouvernement. Certains affirment que passer de 10 à 18 % risque de provoquer une crise. Il y a quelques années, le gouvernement avait pourtant fixé le pourcentage de la taxe sur le livre à 10, justement dans le but de soutenir l’industrie de l’édition en difficulté. 

 
Vladimir Vladimirovich Putin, painted portrait _1100395
Lhooqvsjoconda, CC BY-SA 4.0


« Nous avons vu la TVA supprimée des livres dans les années 1990, mais la taxe fut réintroduite avec l’arrivée de Vladimir Poutine » raconte Alexander Kolpakidi, dirigeant de la maison Algorithm, à Publishing Perspectives. La taxe avait ensuite été fixée à 18 % avant de redescendre à 10 %.  

Selon un autre article de Publishing Perspectives, le Premier ministre Dmitri Medvedev a proposé cette hausse expliquant qu’elle était une interprétation d’un ordre de Poutine, souhaitant redistribuer les bénéfices de l’Etat pour favoriser les citoyens les moins fortunés. 

Pour Sergey Semenov, directeur de Knizhny Torgovez, une importante chaîne de librairies, l'augmentation de la TVA sur les livres entraînera une hausse des prix des livres en Russie entre 10 à 15 %. Les consommateurs s'éloigneront des livres, les sondages indiquant que la plupart des acheteurs ne considèrent pas les livres comme des articles essentiels lorsqu’un coût élevé rentre en jeu.
 

Livre Paris : Macron dédaigne le stand de la Russie

 
Selon certains rapports, le retour à la TVA d’origine pourrait se produire dès juin 2018. Cela obligerait les éditeurs à utiliser du papier moins cher et de qualité inférieure, tout en mettant en péril les revenus des auteurs, des illustrateurs ou encore de toutes les personnes travaillant dans l’industrie de l’édition. De même, la hausse pourrait réduire la gamme de livres vendus par les détaillants. Comme les prix seront augmentés à cause de la taxe, les acheteurs devront réduire le nombre de livres achetés et le stock diminuera de fait. 

La situation de l’édition jeunesse risque de devenir plus critique encore, la production d’un livre pour enfant coûtant plus cher qu’un livre « adulte ». Et son importance n’est pas à négliger : la littérature jeunesse représente au moins 25 % du marché. D’autres acteurs de l’industrie indiquent que les maisons d’édition ne sont pas destinées à la faillite, mais qu’elles vont rapidement agir pour réduire les frais généraux. Alors que l’avenir semblait prometteur pour les éditeurs russes, il vient subitement de se gâter. 
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.