medias

“Pratiquer la distanciation sociale dans 70 m2 de librairie, un défi !”

Auteur invité - 06.05.2020

Edition - Librairies - déconfinement librairie Lilosimages - Manon Picot Lilosimages - déconfinement libraire public


Maintenir un service de proximité sécurisé respectueux des règles du confinement à Lilosimages nous a semblé indispensable : dépôt dans un commerce alimentaire solidaire, retrait sans contact sur le pas de la porte de la librairie, livraison par les co-gérantes sur l’agglomération avec application des gestes barrières… Avec rigueur et méthode, c’était possible, et nous mettions l’essentiel de notre énergie et de notre temps à pratiquer du conseil à distance via tous les moyens de communication à disposition.
 
par Manon Picot, co-gérante de la librairie Lilosimages (Angoulême)


Lilosimages, librairie d'Angoulême
Manon Picot, dans la librairie Lilosimages (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Le déconfinement et la réouverture vont représenter de nouveaux défis pour accueillir notre clientèle dans de bonnes conditions sanitaires. Pratiquer la distanciation sociale dans 70 m2, assurer notre rôle de prescripteur en face à face, créer une expérience de visite, du lien, masquées ou derrière une paroi en verre synthétique… là on entre dans un tout nouveau challenge ! La valeur ajoutée d’une petite librairie indépendante, c’est la relation client, le contact, l’expertise. Concilier cette attente, l’envie de flânerie dans les rayons et les impératifs sanitaires est une équation compliquée à résoudre.

Nous oscillons entre fébrilité et inquiétude, en révisant tous les jours les scenarii, les parcours clients… On vérifie quotidiennement notre to do list : protection pour la caisse ? Opérationnelle (merci à mon associée et ses talents de bricoleuse), masques ? Oui ! (merci aux clientes couturières), spray désinfectant sans rinçage pour les points de contact ? Prêt !, gel hydroalcoolique ? En cours !, marquage au sol pour gérer les files d’attente ? Tests en cours !

Ce dont nous sommes certaines à ce stade, c’est que nous ne pourrons pas travailler en continu de 10 h à 19 h 6 jours sur 7 comme nous le faisions auparavant avec ces contraintes.

Nous allons appliquer les recommandations du SLF et scinder la journée en 2 : matinées avec la caisse devant la porte, pour le retrait des commandes clients, ou du conseil en mode comptoir, et les après-midis en « vraie » ouverture, avec filtrage à l’entrée et parcours clients. Cette répartition devrait nous permettre de maintenir tous les services développés pendant le confinement, notamment la livraison pour les clients les plus fragiles qui n’auront pas la possibilité de sortir du confinement par exemple. 

Nous nous réjouissons que les éditeurs envisagent de réduire leur production, si la chaine du livre s’engage dans une démarche plus raisonnée nous sommes persuadées que tous ses acteurs en bénéficieront. À Lilosimages nous réalisons 70 % de notre chiffre d’affaires sur le fonds. Nous avons une politique de mise en place de nouveautés drastique, car il a toujours été important pour nous de maitriser notre programmation et de ne pas se laisser dépasser par un flux de parutions que nous n’aurions pas la capacité de défendre et valoriser dans notre petit espace de vente.

Il nous parait essentiel que chaque librairie se démarque par la composition d’un assortiment qui lui est propre, et l’uniformisation des tables remplies des mêmes offices [NDLR : les offices sont les nouveautés] ne correspond pas à notre vision de la pluralité culturelle. Les réflexions portées à l’échelle de la chaine du livre notamment par l’édition indépendante nous apparaissent comme salutaires. 

Un autre aspect de la reprise représente une situation inconnue et induit de nouvelles nécessités : dynamiser un centre-ville d’agglomération de province en temps normal est déjà une problématique qui nous préoccupe tous, tant la fréquentation de nos librairies dépend de la vitalité de l’écosystème des commerces de proximité du territoire. Sans les bars et les cafés et dans la crainte de la contagion, nous appréhendons un certain ralentissement de l’attractivité de nos cœurs de ville.

Pendant le confinement, nous avons bénéficié d’un élan de solidarité incroyable de la part d’une épicerie indépendante engagée dans une démarche écologique et solidaire. Ils ont pris en dépôt les réservations de nos clients et des sacs littéraires surprises sans aucune commission. Nous nous sommes rapidement aperçues que nos clients les plus fidèles et les leurs sont les mêmes.

Il y a une grande cohérence dans des pratiques de consommation raisonnées et la défense de la librairie indépendante : on le supposait, c’est confirmé. L’entraide entre les commerces de proximité est précieuse et cette première collaboration nous fait réaliser l’importance d’en initier d’autres. Mutualisation de notre communication pour développer nos communautés sur les réseaux sociaux, lancement d’offres en co-branding… il y a surement énormément de choses à imaginer. 

Nous pensons aussi que les collectivités locales ont un rôle essentiel à jouer pour nous accompagner dans cette nouvelle phase de la crise. Nous avons pu voir des initiatives intéressantes imaginées par des agglomérations pour soutenir leurs commerces indépendants. Par exemple la mise en place de services de livraison par la collectivité pour encourager une consommation locale, de l’aide à la communication, etc.

La résilience des territoires passera aussi par une réflexion portée sur l’accompagnement pratique, financier et logistique pour permettre aux petites entreprises de maintenir une qualité de service et aux consommateurs de privilégier des achats de proximité.


Commentaires
Merci chères libraires pour l'intelligence, la clarté et les réflexions abouties de votre lettre ! Admirable et si complète. Nous souhaitons, tout comme vous, que tous les acteurs concernés de notre cité et notre département, et même plus largement au niveau national, prennent conscience des enjeux et s'engagent dans la bonne voie. Comptez sur mon soutien en tant que cliente et en tant que bénévole si quelque besoin se faisait sentir(exemple : livraisons) ! Bien amicalement, Anne Hubrecht
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.