“Précarité et paupérisation”, le reconfinement pour les auteurs

Clément Solym - 02.11.2020

Edition - Economie - aides soutien auteurs - SGDL auteurs mesures - mesures aides auteurs


Le retour du confinement remet en perspective les difficultés que connaissent les auteurs. La Société des Gens de Lettres présente ce 2 novembre un ensemble de 10 mesures « vitales pour les auteurs ». Des approches destinées à préserver « les auteurs de l’écrit d’une précarité et d’une paupérisation insoutenables ».


 

L’occasion pour la SGDL de faire un point sur les aides mises en place — le fonds d’urgence — ouvert dès le 10 avril. Ce sont 2311 aides mensuelles qui ont été apportées pour quelque 700 auteurs. Une somme qui représente 2,26 millions € — soit quelque 1000 € mensuels par auteur. Et 3300 € sur l’ensemble de la période. 

54 % des bénéficiaires de l’aide d’urgence CNL/SGDL sont des autrices et 46 % des auteurs. Pour ces auteurs, la répartition par genres est la suivante : romans 28 %, livres pour la jeunesse 20 %, traductions 14 %, BD 14 %, essais 8 %, livres pratiques 8 %, poésie 3 %, livres d’art 3 %, textes dramatiques 1 % et biographie 1 %, précise la SGDL.

En parallèle, la Commission des aides sociales de la SGDL devrait verser plus de 100.000 € sur l’année 2020. 
 

10 mesures, fondamentales 


Joignant sa voix au mouvement actuel, la SGDL demande la réouverture des points de vente, sur tout le territoire. Après une perte de 90 % des ventes de livres durant le premier confinement, il importe que les espaces reprennent leur activité. 

Mais surtout, la SGDL, solidaire de l’appel lancé pour le maintien de l’ouverture, déplore la voie choisie par le gouvernement. « Aujourd’hui elle se désole de la décision prise par le Gouvernement de fermer tous les points de vente de livres, qui aura pour conséquence de renforcer la position hégémonique du principal acteur de la vente de livres en ligne au détriment des librairies déjà fragilisées et des grandes surfaces culturelles. »

Elle demande également le maintien des rencontres d’éducation artistique et culturelle dans les établissements scolaires, ainsi que la prolongation du Fonds de solidarité pour les auteurs jusqu’au 30 juin 2021. Et dans le même mouvement, suggère d'accorder quatre mois d’exonération de cotisations sociales supplémentaires aux auteurs en 2020 et renouveler cette mesure en 2021.

Concernant les cotisations retraite complémentaire 2020, l’État se voit demander de prendre en charge la moitié des montants. Mais également de renforcer les dispositifs d’aides sociales pour soutenir les auteurs les plus précaires. 

Enfin, la SGDL souligne l’importance de doter le Fonds d’indemnisation des auteurs en cas de défaillance de leurs éditeurs dans le paiement de leurs droits. Ce qui aboutit assez logiquement aux deux autres revendications : qu’une concertation sur le partage de la valeur au sein de la chaine du livre soit ouverte. Et, par-dessus tout, que l’on mette un terme aux dysfonctionnements du portail de l’Urssaf artistes auteurs.

Le dernier point concerne les annonces d’Emmanuel Macron sur les commandes publiques d’œuvres. Ici, la SGDL demande que soit clarifié le calendrier, et que l’on précise la forme et le budget de ce projet. 


illustration Couleur CC 0


Commentaires
Bonjour,



Vous écrivez : "Concernant les cotisations retraite complémentaire 2020, l’État se voit demander de prendre en charge la moitié des montants."



J'ai lu le communiqué que vous paraphrasez. Il y est ecrit :

"L'IRCEC, organisme de gestion de la retraite complémentaire des auteurs, a constitué, au fil des ans, d'importantes réserves financières à partir des cotisations versées par ses assurés, qui pourraient aujourd'hui, dans un effort de solidarité, être en partie mobilisées pour prendre en charge 4 Þs cotisations des auteurs du livre en 2020."



Où avez-vous vu qu'il serait question de "demander [à l'Etat] de prendre en charge la moitié des montants." ?



https://sgdl.org/sgdl-accueil/l-actualite-sgdl/3739-reconfinement-la-sgdl-appelle-a-mettre-en-oeuvre-10-mesures-vitales-pour-les-auteurs
La SGDL, superbe machine à baiser les auteurs... On en a marre de ces pseudo-organisations non représentatives qui touchent des subventions pour ne rien changer au statut précaire des auteurs.

Il faut dissoudre toutes ces associations et élire un syndicat, seul organisme habilité à parler au nom des auteurs. On veut des gens à qui on peut parler et qui peuvent être virés s'ils ne travaillent pas POUR les auteurs !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.