Prédominance masculine majeure dans la critique littéraire

Xavier S. Thomann - 06.03.2013

Edition - Société - Vida - Femmes - Critiques littéraires


Ce n'est malheureusement pas un scoop : critiques littéraires sont le plus souvent écrites par des hommes à propos de livres eux aussi écrits par des hommes. Et le moins que l'on puisse dire c'est que l'équilibre et l'égalité entre les sexes dans ce domaine est assez flagrants. Une étude récente le confirme, chiffres à l'appui. 

 

 

Le Guardian a passé ces chiffres au crible, et le résultat est loin, très loin, d'être brillant. Jugez plutôt. Qu'il s'agisse du Times Literary Supplement ou bien de la London Review of Books, les critiques masculins occupent une place prépondérante. Des publications fort prestigieuses, mais qui encore des progrès à faire dans ce domaine. 

 

En 2010, à la London Review of Books, seulement 24 % des critiques sont des femmes, soit 66 pour un total de 276. De plus, seulement 27 % des livres chroniqués ont été écrits par des femmes. Le New York Review of Books fait encore moins bien, avec 16 % des critiques composées par des femmes. Le TLS s'en sort mieux avec 30 %. 

 

Mais ces chiffres ont assez peu évolué au cours des années, les proportions sont sensiblement les mêmes. Il y a même des publications où la situation semble d'être encore davantage dégradée. Chez Harper's, on est passé de 21 % en 2010 à seulement 11 % en 2012. Cette étude a été menée par Vida, une association américaine pour la promotion des femmes dans le monde des arts. 

 

Il va sans dire que de nombreuses auteures et chroniqueuses ne sont pas contentes de cette situation. Par exemple, la romancière Jenny Turner. Cette dernière déclare : « Oui je pense que c'est grave. Eh oui j'ai beaucoup réfléchir à comment cette question doit être traitée, mais le problème est à la subtil et profondément ancré, ce qui rend les méthodes habituelles inefficaces. » Pas de solution miracle donc. 

 

Ce d'autant plus que tout le monde se renvoie la balle. Les responsables des journaux ainsi que les éditeurs avancent qu'il n'y a pas assez de femmes qui se manifestent ou qu'elles ne sont pas nombreuses à publier des livres. Turner en revanche estime qu'il y a un profond sexisme caché, qui décourage les femmes. 

 

Du côté de Vida, on estime que sans volontarisme, il n'y aucune raison pour les choses ne changent. Les éditeurs doivent prendre conscience du phénomène. Reste à trouver des solutions pour inverser la tendance. 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.