Premières joutes de traduction au Festival America

Claire Darfeuille - 11.09.2014

Edition - International - traduction - Festival America - ATLF


Ce week-end deux sessions de « translation slam » verront s'affronter, pour l'amour de la littérature, des traducteurs et traductrices autour de deux textes inédits de Tom Drury et  Adelle Waldman. Un duel proposé par le Festival America (11-14 septembre) en partenariat avec l'ATLF.

 

 Le traducteur Nicolas Richard affrontera Charles Recoursé sur un texte de Tom Drury

 

 

« A la première édition du festival en 2002, nous nous sommes étonnés que le nom des traducteurs n'apparaisse pas sur le programme », raconte Cécile Deniard, vice-présidente de l'Association des Traducteurs Littéraires de France. Dès la seconde édition, le fâcheux oubli était réparé et  Francis Geffard, co-fondateur du festival America, tendait la perche aux traducteurs : «  Puisque vous râlez, organisez donc des événements autour de la traduction ! ».

 

L'ATLF ne dit pas non, elle est depuis lors partenaire de l'événement et organise à chaque nouvelle édition des ateliers de traduction pour les scolaires et autres tables rondes réunissant auteurs, éditeurs et traducteurs.  Cette année encore, 45 traducteurs littéraires participent à l'événement au côté des 65 auteurs venus du continent nord-américain. Certains accompagnent « leur » auteur, beaucoup endossent le rôle d'interprète durant les innombrables débats. Pour cette 7ème édition, quatre d'entre eux se livreront à un nouvel exercice, la joute de traduction.

 

Deux preux traducteurs, un texte à défendre

 

Elles sont déjà courantes sont le nom de « translation slam » à Montréal et à New York, mais c'est au festival della Letteratura de Mantoue en Italie que Cécile Deniard les a découvertes : les joutes de traduction confrontent deux traducteurs à un même texte, reçu quelques jours auparavant et dont ils proposeront chacun une version. Nicolas Richard et Charles Recoursé partiront à l'assaut du récit d'un livreur de fioul intitulé Heroin man de Tom Drury, et Anne Rabinovitch affrontera Isabelle Perrin sur un texte d'Adelle Waldman.

 

Notons un léger avantage laissé à Nicolas Richard qui a déjà traduit trois des livres de l'auteur du Mid West, dont La contrée immobile et La fin du vandalisme (Editions Cabourakis) et à Anne Rabinovitch, qui a récemment traduit le roman de la jeune écrivaine new-yorkaise La vie amoureuse de Nathaniel P. paru chez Christian Bourgois en août… Une heure durant, chacun défendra son interprétation et ses choix de traduction. Leur duel est l'occasion pour le public de découvrir les multiples possibles qui s'offrent au traducteur et les astuces par lesquelles il faut parfois passer pour contourner une difficulté ou opérer une transposition périlleuse.

 

L'exercice réjouit par avance le valeureux Nicolas Richard, qui est notamment l'auteur de la traduction d'Enig marcheur de Russell Hoban (Claro avait, de son propre aveu, renoncé au projet) pour laquelle il a reçu le prix Maurice-Edgar Coindreau 2012 et a achevé cet hiver celle du 8ème roman de Thomas Pynchon Bleeding Edge, paru sous le titre Fonds perdus (Seuil, 2014). Entre temps, l'insubmersible traducteur s'est reposé de cette plongée dans le « deep web » (internet non indexé. Ndr) et la haute finance par la traduction d'un album BD de la série Parker d'après un texte de Donald Westlake (Dargaud), suivie de celle de Fairyland d'Alysia Abbott dont Sofia Coppola devrait tirer un film.

 

D'une langue à l'autre

 

Autre rendez-vous du festival autour de la traduction, une table ronde intitulée D'une langue à l'autre, animée par Olivier Mannoni, directeur de l'ETL-CNL, rassemblera l'auteur louisianais francophone et traducteur David Cheramie et Sarah Gurcel, traductrice de Philipp Meyer, qui est également présent au festival. Celle-ci a traduit ses deux romans, le premier Un arrière goût de rouille (Denoël, 2009) et le dernier paru chez Albin Michel, Le Fils, une vasque fresque de l'Amérique de1850 à nos jours.

 

Pour sa 7ème édition, le festival des littératures et cultures d'Amérique du Nord reçoit du 11 au 14 septembre 65 auteurs du continent nord américain (Etats-Unis, Canada) à Vincennes et célèbre cette année les liens qui unissent la France et l'Amérique. Ainsi, pour la première fois, 40 auteurs français participent aux 120 rencontres littéraires programmées jusqu'à dimanche.

 

Espace Petit Sorano, salle Carson Mc Cullers

 

Samedi 13 septembre

- Joute de 14h à 15h avec Nicolas Richard vs Charles Recoursé, sans doute en présence de l'auteur Tom Dury, modératrice Emmanuèle Sandron

 

Dimanche 14 septembre

- Table ronde de 14h à 15h avec David Cheramie et Sarah Gurcel, moderation Olivier Mannoni

 

- Joute de 16h à 17h avec Anne Rabinovitch vs Isabelle Perrin, texte de Adelle Waldman, modératrice Cécile Deniard

 

 

Tout le programme du festival America et les tarifs : pass 1 jour: 10 € (TR 6€) ; pass 2 jours: 15 € (TR 8 €)