Prescrire ou primer : Le prix littéraire, un manque certain d'intérêt

La rédaction - 06.12.2013

Edition - Société - prix littéraires - conseiller un livre - beau-frère


La saison des prix littéraires d'hiver est achevée, à quelques rares exceptions près. Les récompenses majeures sont tombées, Renaudot, Goncourt, Medicis, et consorts, et si les ventes subiront l'éternelle influence des bandeaux ajoutés aux couvertures, qu'en est-il réellement... pour les lecteurs.

 

 

 

 

Nous avions lancé un sondage fin octobre, laissé à la libre appréciation des lecteurs de ActuaLitté, proposant simplement de parler de l'incidence qu'un prix pouvait avoir sur les achats réalisés. Les résultats sont plutôt intéressants : sur les 685 votes recueillis, nous constatons que 55 % des répondants n'éprouvent aucune attirance pour les prix littéraires. 

 

Mieux : la récompense en soi n'attirera pas l'attention si elle n'est pas suivie par un conseil spécifique, une recommandation formulée par un tiers. Pour 30 % des répondants, il faut en effet que l'on « conseille » un des ouvrages récompensés, pour que ce dernier attirer l'attention spécifiquement. Clairement, le prix n'est donc pas un moteur - quand la prescription, elle, est plus valorisée. 

 

Nous pouvons imaginer que les 4 % de répondants qui ont assuré avoir « un beau-frère qui s'achète le Goncourt chaque année » ont saisi l'allusion à la Chanson de Renaud. Dans le cas contraire, la rédaction les plaint sincèrement...

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.