medias

Présidentielle 2017 : contrairement à la finance, la culture enrichit tout le monde

Cécile Mazin - 24.01.2017

Edition - Economie - Présidentielle 2017 librairie - culture débats politiques - Fondation Cultura élections


Les prochaines élections présidentielles seront tournées vers la culture, ou ne seront pas. C’est en substance le message que la Fondation Cultura entend faire passer auprès des candidats : placer la culture au centre des débats politiques, en interpellant les différents candidats.

 

Magasin Cultura (La Défense)

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Si l’on sait qu’Angoulême sera ze place to be, avec la visite de Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et Yannick Jadot, les semaines suivantes devront être axées autour de la culture. La Fondation Cultura, qui poursuit la mission des magasins du même nom, entend « rendre accessible la culture au plus grand nombre ».

 

Et pour ce faire, une campagne d’affichage a été lancée, afin de sensibiliser les candidats aux enjeux culturels. « Convaincue que la culture pour tous permettrait d’apporter beaucoup de réponses aux maux de notre société », la Fondation a amorcé ce 23 janvier un projet de communication.

 

Pour la Fondation, la culture est un levier de cohésion sociale et d’épanouissement. Elle souhaite sensibiliser sur des questions comme l’accès à la culture, sur son universalité… Pour ce faire, elle déploie une campagne qui a pour objectif de souligner l’absence du sujet de la culture dans les débats. Des aphorismes imprimés sur des affiches posées sur des panneaux électoraux permettent d’aborder toutes ces questions.

 

C’est l’agence StJohn’s qui s’est vu confier la réalisation de la campagne, qui sera affichée sur des panneaux JCDecaux.

 

Depuis 4 ans, la Fondation Cultura prend la parole pour promouvoir l’accès à la culture et à l’éducation. C’est en acteur engagé, que la Fondation plaide pour développer la culture et la rendre accessible au plus grand nombre, y compris aux populations qui en sont éloignées. En 2015, dans une période marquée par les attentats, la Fondation Cultura insistait déjà sur la nécessité de la culture face aux obscurantismes.

 

« Naïvement, je crois toujours, même démenti par les faits et par l’Histoire, que la culture est un remède à la barbarie. Si elle échoue, ce n’est pas parce qu’elle ne fonctionne pas, c’est parce que trop de gens encore en restent exclus, à la porte », assurait le président du Centre national du livre, Vincent Monadé, en présentant ses vœux à l’industrie du livre.

 

Ce dernier proposait d’ailleurs la mise en place d’une plateforme commune, présentée aux différents candidats, de sorte que le secteur de l’édition pèse de tout son véritable poids dans la présidentielle. « Le livre est la première des industries culturelles, il doit le faire savoir, haut et fort, à ceux qui, demain, prétendent diriger le destin du peuple français. »

 

“On entend ces propos hypocrites qui célèbrent la culture”, en la privant de moyens 

 

Notons que le Syndicat national de l’édition a déjà, pour sa part, prévu de réaliser un questionnaire, qui sera adressé à l’ensemble des candidats. Ce dernier doit être présenté mi-février pour « impliquer les candidats à travers des réponses qui les engageront leur politique en matière de livre ».