Pression politique de la Shiv Shena contre un ouvrage indésirable

Clément Solym - 25.10.2010

Edition - Société - politique - inde - censure


Un livre primé n'est pas un livre à l'abri de mouvements violents, de censure, voire d'autodafés. En Inde, celui de Rohinton Mistry vit actuellement de sombres heures, condamné qu'il est, aux flammes.

L'université de Mumbai, où s'est déroulée la première crémation par un des étudiants, a provoqué une certaine émotion dans les rangs des professionnels, avec notamment l'intervention du PEN Canada et de L'union des écrivains du Canada. Grandement préoccupées par ce qui a pu se dérouler, et par la censure qui continue de frapper le livre de Rohinton, les organisations ont demandé à l'université de retirer son interdiction.

Such a Long Journey, le livre en question, a été accusé de malversation : des étudiants en art se sont offensés de sa vulgarité, avec une référence à un bordel, mais également de passage concernant Shiv Shena, parti nationaliste en vogue. C'est d'ailleurs le petit-fils de son créateur qui mène aujourd'hui le mouvement de contestation. Alors même que de son propre aveu, il n'a pas lu le livre dans son intégralité. (notre actualitté)

Pour le PEN Canada, cette interdiction est d'autant plus problématique qu'elle semble avoir été mise en application simplement pour calmer les militants de la Shiv Shena - dont on pourrait redouter des actes plus violents ? Reste que cette pression politique est tout simplement inacceptable, estime Alan Cumyn, président de l'Union des écrivains du Canada. « La liberté d'expression doit être la pierre angulaire de toute démocratie, en particulier la plus grande. Nous demandons à l'université de réhabiliter le livre », explique-t-il dans un communiqué.

Mistry a lui-même fait parvenir une lettre ouverte à l'université pour expliquer la situation et demander que l'on laisse son bouquin tranquille. Un phénomène d'autant plus inquiétant que, voilà quelques années, le livre avait été intégré dans le corpus des ouvrages à étudier. Mais pour le vice-chancelier de l'université, Rajan Welukar, rien de politique dans cet acte : le livre a simplement été retiré des listes après plusieurs heures de débat entre les représentants de l'établissement.

Affaire à suivre...




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.