Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Prêt d'ebook : Un projet international mesurera l'impact des bibliothèques

Nicolas Gary - 04.05.2013

Edition - Bibliothèques - impact des bibliothèques - vente de livres - programme pilote


Deux poids lourds dans le prêt d'ebooks au travers de bibliothèques ont décidé de retrousser leurs manches. OveDrive et Sourcebooks lanceront le 15 mai un programme pilote novateur, pour démontrer clairement l'impact des bibliothèques, et du prêt d'ebooks, sur les ventes de livres et la reconnaissance de leur auteur. Du jamais vu, qui sollicite plus de 35.000 bibliothécaires à travers le monde.

 

 

 

 

Du 15 mai au 1er juin, toutes les bibliothèques prenant part à l'opération pourront disposer d'un titre unique de Sourcebooks, éditeur indépendant de Chicago, au travers de l'outil de prêt numérique d'OverDrive. L'ouvrage sera gratuitement mis à disposition, et il s'agit de Four Corners of the Sky, écrit par Michael Malone.

 

« Nous voulons démontrer une fois pour toutes l'énorme influence de la bibliothèque au niveau démographique, et prouver que, lorsque les bibliothèques ajoutent un ebook dans leur catalogue, cela joue un rôle important dans l'amélioration de l'exposition et de la découverte du travail d'un auteur », précise le PDG de OverDrive, Steve Potash. 

 

Un programme qui durera 18 jours, et le livre sera donc téléchargeable dans l'ensemble des établissements partenaires, à travers le monde. Non seulement l'éditeur pourra en mesurer les ventes directes, en papier et numérique, en temps réel, mais également l'incidence sur les autres livres que Malone a publiés. Plusieurs classements seront examinés à la loupe. 

 

De quoi rendre à César, ce qui lui revient, et peut-être alors confirmer l'hypothèse que les établissements peuvent dynamiser les ventes. Par conséquent, cette étude serait alors un puissant levier pour qu'OverDrive puisse enrichir son catalogue d'oeuvres numériques pour le prêt - tout en agissant sur les éditeurs qui seraient encore un peu réticents. 

 

C'est que l'environnement numérique bouscule tous les modèles économiques établis dans le monde du livre. Et celui mis en place avec les bibliothèques pas moins que les autres. De fait, Cory Doctorow avait plaidé pour que l'on ne reproduise pas les défauts des livres papier, dans ce contexte : ce n'est pas parce qu'un ouvrage imprimé se détériore que les éditeurs sont habilités à contraindre les fichiers numériques. Ainsi, HarperCollins avait décidé qu'après 26 prêts, il faudrait racheter le livre numérique, estimant qu'il s'agissait là d'un nombre avoisinant celui de la destruction du livre papier.

 

Pour l'auteur, cette opération sera sans précédent : non seulement des millions de personnes s'enthousiasmeront pour le projet et profiteront donc de l'occasion pour emprunter le titre dans les établissements, mais surtout, c'est une notoriété internationale qu'il acquerra, sans peine. 

 

« Les livres ne sont pas morts. Ils sont au contraire plus que jamais indispensables à une époque où les idées et les histoires peuvent voyager à travers le monde avec une vitesse miraculeuse. Par ces nouveaux moyens d'écriture d'histoire et de lecture, nous pouvons tous voyager ensemble », commente Potash. (via Library Journal)

 

Gageons que l'opération sera de toute manière un franc succès...