Prêt d'ebooks en bibliothèques : le club des millionnaires s'agrandit

Clément Solym - 26.12.2013

Edition - Bibliothèques - Prêt numérique en bibliothèque - millionnaires - établissements publics


Elles n'étaient que deux l'année passée, et fin 2013, on en compte six. Les bibliothèques américaines connaissent une augmentation de la demande en livres numériques, de la part de leurs usagers. Six établissements, partenaires du service fourni par OverDrive ont dépassé le million de prêts d'ebooks au cours de cette année. 

 

 

Million pound stamp

Le million, le million...

HowardLake, CC BY SA 2.0

 

 

C'est la Toronto Public Library qui remporte la palme de la croissance, avec 68 % d'ebooks empruntés de plus, pour atteindre 1,5 million. Une stratégie de communication qui aura manifestement payé, puisque la ville avait organisé des séances de démonstrations et de communication dans le métro, au travers d'un kiosque tactile présenté par les équipes d'OverDrive, rapporte DBW.

 

Une petite chose à relativiser toutefois : un million ne signifie pas exclusivement un million de livres numériques, mais un million de documents numériques, incluant livres, audiolivres, musique et fichiers vidéo. Un peu déçu, donc...

 

Voici la liste des plus grands prêteurs :  

 

King County Library System (WA) : 1,6 (25 % de plus qu'en 2012)

• Toronto Public Library (CA): 1,5 million (68 % de plus qu'en 2012)

• New York Public Library (NY) : 1,2 million (16 % de plus qu'en 2012)

• Hennepin County Library (MN) : 1 million (41 % de plus qu'en 2012)

• Cleveland Public Library (OH) : 1 million (32 % de plus qu'en 2012)

• Seattle Public Library (WA) : 1 million (22 % de plus qu'en 2012)

 

 

Le rôle des établissements publics dans la sensibilisation des usagers au livre numérique a toujours été un facteur particulièrement important. Les discussions entre l'American Library Association et les différents grands éditeurs auront été continues, durant l'année, pour parvenir à ce que tous présentent une offre de prêt numérique, quand bien même certaines sont à proprement parler scandaleuses.

 

Or, au cours de l'année 2013, si des progrès incontestables ont été réalisés, la situation ne s'est pas véritablement améliorée : « Les prix sont élevés et la disponibilité est aléatoire, selon la liste de best-sellers que nous utilisons », soulignait encore en juillet dernier l'ensemble des Douglas County Libraries. On trouvait plus de livres numériques commercialisés chez Amazon que de titres disponibles en prêt. 

 

Il faudra encore bien des coups de poing sur la table, comme ceux de Cory Doctorow, pour faire évoluer l'offre et changer d'idée les éditeurs. À l'heure actuelle, une bibliothèque souhaitant fournir des titres numériques à ses abonnés se voit facturer jusqu'à cinq fois le prix de l'ouvrage afin de pouvoir disposer d'assez d'exemplaires. En outre, est contrainte d'investir dans d'onéreux logiciels permettant de s'assurer qu'un usager n'utilise qu'une seule copie de livre numérique à la fois. 

 

Des pratiques contreproductives selon Doctorow, qui exhorte également HarperCollins d'abandonner l'idée d'exiger des bibliothèques la destruction d'un fichier après 26 emprunts. Selon lui, cette exigence n'est que faussement justifiée par un parallèle dressé avec le fait que les livres papier se désagrègent avec le temps.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.