Prêt numérique : le parlement britannique adopte une loi pour rémunérer les auteurs

Clément Solym - 03.05.2017

Edition - Bibliothèques - prêt numérique bibliothèques - livres rémunération auteurs - ebooks audiobooks rémunération


Le parlement britannique est le premier à avoir adopté une loi pour étendre les paiements liés au droit de prêt de livres aux prêts d’ebooks et d’audiobook. Dans le cadre du Digital Economy Bill, qui entrera en vigueur le 1er juillet 2018, les versements seront effectifs à compter de janvier 2020.


TRUE
IdeasAlchemist, CC BY SA 2.0
 

 

Avec 4 millions de prêts d’ebooks en avril 2016, et deux millions disponibles à l’achat pour les bibliothèques, le service est significatif. Seul l’éditeur Hachette semble refuser encore de rendre ses livres disponibles dans le cadre de ce prêt. 

 

Pour les auteurs, la rémunération sera équivalente à celle obtenue pour les livres papier – en l’occurrence, 7 pennies par prêt. 

 

Pour la Society of Authors, cet aboutissement marque une véritable reconnaissance, pour les auteurs, mais également un important changement. Bien entendu, les best-sellers seront ceux qui tireront le mieux leur épingle du jeu, mais le Public Lending Right est fondamental pour un grand nombre d’écrivains, souligne la SoA. On fait d'ailleurs preuve d'un peu d'humour, sur les réseaux.
 


 

Le nouveau libellé de la législation garantira que les livres peuvent être mis à disposition des établissements, tout en garantissant une rémunération aux auteurs, et en protégeant leurs intérêts commerciaux, ainsi que ceux des éditeurs.

 

Désormais, souligne la SoA, il importe de travailler avec le bureau en charge du PLR, pour clarifier le processus d’inscription des écrivains. Mais surtout, de poursuivre les négociations avec le gouvernement pour que ce financement soit garanti, et surtout étendu aux bibliothèques de bénévoles.

 

Selon l’organisation, l’anomalie persiste que de permettre à des établissements privés de ne rien reverser aux auteurs, en dépit des prêts effectués.