Prêts des bibliothèques publiques de Londres : 14.800 auteurs sous-payés

Joséphine Leroy - 24.03.2016

Edition - International - bibliothèques publiques - Angleterre royaume-uni - prêts numériques auteurs


Le Public Lending Right anglais (PLR), c’est-à-dire l'instance qui donne le droit, pour les auteurs, d’obtenir un paiement quand leurs livres sont empruntés par des bibliothèques publiques, rapporte une erreur de calcul. Plus précisément, « une saisie manuelle accidentelle ». Le coût de cette erreur s’élève à 264.000 £ et concerne 14.800 auteurs. 

 

British Library Interior HDR

British Library 

(Daniel ............ / CC BY 2.0)

 

 

En février, le PLR annonçait que 22.347 auteurs recevraient la somme de 6 millions £. Le PLR, créé par le Département de la Culture, des Médias et du Sport, a expliqué que le Bureau national de vérification avait trouvé des erreurs dans ses calculs. Autrement dit, qu’il y avait eu une « saisie manuelle accidentelle ». Cette erreur a provoqué une sous-estimation des prêts globaux pour la ville de Londres au regard du nombre total d’auteurs ayant contribué à ce système de prêts.

 

Les auteurs en question sont au nombre de 14.800. Ils obtiendront 264.000 £ d’ici la semaine prochaine. Le PLR puisera l’argent nécessaire à partir du budget de l’administration d’urgence (150.000 £) et les réserves de la British Library (114.000 £). Et ce, sans incidence sur les fonds futurs, apprend-on. 

 

« Suite à une consultation avec le Département pour la Culture, les Medias et le Sport, et avec leur approbation, les auteurs dont les rémunérations ont été sous-évaluées recevront un bonus. Après rectification, le montant additionnel recalculé s’élève à 7.67 pounds, soit le taux convenu pour l’année 2014-2015 », selon les organismes.

 

Le PLR, fonctionnel depuis 1979, s’est officiellement excusé. Nicola Solomon, directrice générale de la Société des Auteurs, salue en même temps l’efficacité du PLR : « Nous sommes désolés d’apprendre qu’il y a eu cette erreur mais nous félicitons le bureau du PLR pour cette réaction rapide et effective dans la rectification des problèmes. » 

 

Mais cette erreur a ouvert la porte à d'autres exigences. La Société des Auteurs demande à ce que le PLR soit étendu et puisse inclure le nombre de prêts réalisés par les bénévoles qui gèrent des bibliothèques au Royaume-Uni. Elle demande également que les auteurs soient payés « pour les prêts importants de livres numériques », qui ne sont nullement pris en compte par le PLR actuellement. 

 

« Les bibliothèques prêtent actuellement un nombre significatif d’ebooks (à peu près 2 millions en 2013-2014) mais les auteurs ne sont pas rémunérés pour ces prêts, que ce soit par les éditeurs ou par le système du PLR. » explique Nicola Solomon. Le sujet de l'absence de rémunération pour les prêts d'ebook avait déjà été évoqué en 2015, et n'est visiblement toujours pas résolu. Rappelons au passage que les auteurs français ne sont pas mieux lotis en la matière, puisque PNB, le système actuellement mis en avant par le ministère de la Culture, reste très obscur quant aux rémunérations versées aux auteurs.

 

Une exigence en amène toujours une autre. 

 

(via The Guardian)