Principe de précaution : Les portables interdits aux enfants ?

Clément Solym - 02.03.2009

Edition - Société - téléphones - portables - électromagnétiques


L'utilisation de téléphones portables par les enfants de moins de six ans pourrait faire l'objet d'une interdiction. En juillet dernier, la ministre de la Santé, Roseline Bachelot expliquait dans un entretien accordé au Parisien/Aujourd'hui en France, qu'il serait bien de « retarder le plus possible l'achat du portable après l'entrée au collège ».

Et si la ministre de la Santé n'était pas favorable à une interdiction : « En l'état actuel d'avancement des travaux scientifiques, une mesure d'interdiction des téléphones spécifiques pour les enfants de moins de 12 ans n'est pas le moyen le plus pertinent. Pour l'instant je préfère l'information à l'interdiction ». Chantal Jouanno, la secrétaire d'État à l'Écologie, penche, elle, pour des mesures plus strictes.

La secrétaire d'État chargée du développement de l'économie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, abonde dans le sens de Chantal Jouanno. Elle estime qu'une : « Approche de précaution se justifie pour les téléphones mobiles eux-mêmes. C'est pourquoi, j'ai fait inscrire dans le Grenelle II des réserves sur l'utilisation des téléphones par les enfants, en interdisant la publicité avec des jeunes de moins de douze ans et la possibilité d'interdire le téléphone portable pour les moins de six ans ».

En effet, même si scientifiquement la dangerosité des ondes électromagnétiques pour l'homme n'est pas établie, elles estiment qu'il convient d'appliquer le principe de précaution. Ce même principe qui avait été évoqué par certains bibliothécaires se plaignant de troubles qu'ils amputaient aux ondes du WiFi.

Ainsi, dans un entretien accordé au Parisien, il y a peu, Chantal Jouanno déclarait : « Le problème ce n'est pas les antennes, mais je suis favorable à l'interdiction du mobile pour les petits parce qu'ils sont en phase de développement. [...] Et il faudra aussi rendre obligatoire l'usage de l'oreillette pour les moins de 12 ans ».

Il faut savoir que le cerveau d'un enfant est moins épais que celui d'un adulte, il serait donc deux fois plus exposé aux risques liés à la propagation des ondes électromagnétiques.