Prison pour l'auteur d'une histoire d'homosexualité chez les bouddhistes

Clément Solym - 02.04.2019

Edition - Justice - prison sri lanka - auteur homosexualité bouddhistes - auteurs prison haine


Le bouddhisme prône assurément une bienveillance à l’égard du vivant, et il ne faut pas trop chercher des poux dans le crâne chauve des moines. En écrivant une nouvelle où sont évoquées des pratiques homosexuelles au sein de cette communauté, un auteur du Sri Lanka vient d’être interpellé par la police. 

BUDDHIST STAUE. SRI LANKA.
Ronald Saunders, CC BY SA 2.0

 
Shakthika Sathkumara, auteur de 33 ans, a été arrêté par les forces de police de la ville de Polgahawela ce 1er avril. Une intervention qui découle de la plainte déposée par des moins bouddhistes, et qui l’a conduit à une peine de prison provisoire de neuf jours. Accusé d’avoir incité à la « haine religieuse », l’écrivain a été inculpé en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Dans son histoire, il évoque comment un moine bouddhiste a renoncé à la robe couleur safran. « Un groupe de moines s’est plaint que la référence à des activités homosexuelles au sein du clergé insultait le bouddhisme », indique un porte-parole cité par l’AFP.

La plainte découle d’un front ultra nationaliste de défenseurs du bouddhisme, après la lecture de Ardha, un bref récit diffusé sur Facebook. Une forme de diffamation, malgré la dimension fictionnelle, attendu que les moines sont censés rester chastes. Le texte, écrit en cinghalais, avait également été repris dans quelques journaux locaux. 

En février dernier, le moine Ahungalle Jinananda, membre du Centre d’information du bouddhisme, a saisi la police, les encourageant à s’emparer du PIDCP pour mettre l’auteur en accusation. En effet, ce dernier interdit « tout appel à la haine nationale, raciale ou religieuse, qui constituerait une incitation à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence ». 

En outre, une loi de 1883, résultant de l’époque coloniale, quand l’Empire britannique régnait en maître, interdirait hypothétiquement l’homosexualité. Une peine de 12 années de prison est prévue, mais rarement appliquée. 
Déjà, lors de la parution du récit sur Facebook, un groupe de moines s’en était pris à l’auteur sur son lieu de travail. Le district de Krurnegala a par la suite ouvert une enquête disciplinaire contre l’auteur — qui, pas de chance, travaille pour le gouvernement.  

« Les autorités n’ont pas considéré ce cas de manière appropriée. La police a abusé de ses pouvoirs et a procédé à une arrestation arbitraire », dénonce dans un communiqué la Free Media Movement, ONG srilankaise. 

via JDSlanka


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.