Prisunic : inadapté à l'édition professionnelle

Clément Solym - 27.01.2011

Edition - Justice - GFII - loi - prix


Après avoir pris connaissance du texte sur le prix unique du livre numérique proposé par le Sénat en octobre 2010, le Groupement français de l’industrie de l’information vient de faire connaître sa position. S’il estime que cette loi « reflète bien les intérêts des éditeurs de littérature générale et des libraires généralistes », le GFII regrette « les spécificités du marché de l'édition scientifique et professionnelle » ne soient pas assez prises en compte.

Pourtant, à y regarder de près, précise le GFII dans un communiqué de presse, « ce domaine de l'édition est celui où les publications numériques se sont véritablement développées depuis plus de 10 ans, et ceci au bénéfice de tous les acteurs du secteur. »


Le prix unique risque ainsi de complexifier « la commercialisation d'abonnements à des collections de documents » alors que c’est pourtant ce mode de vente qui est la règle dans le secteur professionnel et scientifique.

Le GFII demande donc que le cadre légal proposé soit repensé et adapté à l’offre spécifique d’un marché qui ne l’est pas moins. Il propose donc que l’alinéa 3 à l’article 2 soit rédigé : « Les dispositions du premier alinéa ne s'appliquent pas aux licences portant sur des offres de livres numériques ou sur des offres complexes (comprenant des livres numériques et d'autres types de ressources numériques) dans les domaines de l'édition universitaire, de l'édition scientifique ou de l'édition professionnelle ».

Reste à présent à attendre la réponse du législateur en la matière… Suite de l'histoire à la mi-février.