Prix du livre en Belgique et Suisse, un enjeu commun pour Alda Greoli

Nicolas Gary - 02.05.2019

Edition - International - Alda Greoli - Suisse Belgique salon - prix livre francophonie


SDLGENEVE19 – Invitée à ouvrir les assises de l’édition ce 1er mai, à Genève, Alda Greoli, Vice-Présidente, Ministre de la Culture, de l’Enfance et de l’Éducation permanente, Fédération de la Wallonie-Bruxelles, représentait par ailleurs le territoire, invité d’honneur. L’occasion, également, de parler des enjeux communs.
 
Alda Greoli
Alda Gréoli - ActuaLitté, CC BY SA 2.0


« Ouvrir ces assises est un privilège », assurait Alda Gréoli. Et de remercier les intervenants, et plus largement toute la profession « parce que, quelle que soit votre place, le domaine du livre est essentiel ». Son engagement pour l’instauration du prix unique du livre en Belgique ne laisse planer aucun doute quant à sa sincérité ni son engagement. 

Et de poursuivre : « Le premier des arts en contact avec l’enfance est celui du livre. » C’est à cette fin qu’elle avait d’ailleurs pris la décision d’offrir un livre à chaque enfant qui naît en communauté française. « L’accès au livre est source d’inégalités sociales », poursuit la ministre. Raison pour laquelle le prix unique du livre a été mis en place dans toute la Belgique. 

Avec une vision plus politique, elle indique les deux enjeux qui doivent sous-tenir son action. D’abord, « l’OIF doit revenir à ses fondements : culture, enseignement, liens entre francophones, non pour un repli entre ceux qui la parlent, mais parce que la langue est vecteur d’expression de nous-mêmes ». 

En effet, c’est quand « on exprime ce que l’on est que l’on peut être à l’écoute de ce que les autres sont ». Pour l’Europe, il revient de poser le cadre de ces échanges, garantir que les lignes des maisons d’édition et l’écriture des auteurs soient libres.

« Notre avenir passera alors par le dialogue entre petits et grands acteurs, entre pays d’Europe et d’Afrique. Puissent les Assises alimenter les réflexions de l’OIF et les grands chantiers du livre, en direction de la francophonie, lancés par la présidence française. »

Un discours qu’elle a poursuivi lors de l’inauguration du salon, le soir même, soulignant qu’il existait quelques millions de lecteurs tant en Suisse qu’en Belgique et que ces derniers avaient certainement bien des choses à partager. D’autant plus que tous deux vivent avec un voisin tout aussi francophone, qui prend beaucoup de place.

C'est ainsi, plus encore, justement « en ce qui concerne le prix des livres » que Suisse et Belgique pourraient se retrouver. En effet, sur les deux territoires, se retrouve une tabelle – cette surtaxe appliquée aux ouvrages français vendus sur les territoires limitrophes. 

Cette dernière prendra fin au 1er janvier 2021 en Belgique, mais se maintient en Suisse. Un enjeu commun, qui pourrait rapprocher les deux pays — la culture et l’économie, somme toute, pourraient aller de pair. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.