Prix du livre Inter 2012 : le changement, c'est maintenant

Clément Solym - 05.06.2012

Edition - Société - Aurélie Filippetti - Christine Albanel - Nathalie Léger


Depuis hier, c'est officiel, le Prix du livre Inter, remis par un jury d'auditeurs soigneusement sélectionnés, a une lauréate : Nathalie Léger, pour son livre Supplément à la vie de Barbara Loden. Une récompense, le rappelait hier Eva Bettan, qui propulse gentiment les ventes du livre primé.

 

Mais c'est une autre forme de publicité qu'a pu recevoir l'ouvrage de Nathalie Léger, ce 4 juin, alors que de la rue de Valois était décoché un communiqué de presse de la ministre de la Culture. Aurélie Filippetti saluait ainsi « le très émouvant roman » racontant la vie de « cette magnifique actrice et réalisatrice emportée en 1980 par un cancer, à moins de cinquante ans », Barbara Loden.

 

 

 

 

Alors que les libraires et leur syndicat en première ligne sollicitent la ministre, pour leur venir en aide au plus tôt, notamment avec un retour de la TVA à 5,5 %, la ministre se fend d'un message particulièrement circonstancié. Et pour le moins étonnant.

« J'adresse mes plus chaleureuses félicitations à Nathalie Léger qui reçoit aujourd'hui l'un des plus beaux prix de l'année littéraire. Ceux qui connaissaient seulement Nathalie Léger comme l'une des meilleures spécialistes de Roland Barthes et de Samuel Beckett, vont avoir le bonheur de découvrir aussi la romancière.

Le Prix du livre Inter est d'autant plus justement convoité qu'il est le prix des auditeurs, le prix des lecteurs, le prix aussi de la parité puisque son jury est composé de douze femmes et douze hommes venant de toutes les régions de France.

La littérature, plus que jamais, a besoin de soutiens et de relais. Avec ce prix, France Inter remplit admirablement l'une de ses missions de radio au service du public. »


Diable… Le prix du livre Inter aurait donc gagné ses lettres de noblesse au point d'être salué par une ministre de la Culture ? La chose est d'autant plus épatante que l'on ne trouve, dans l'historique des communiqués du ministère qu'une seule trace d'un pareil hommage, en mai 2007. 

 

« Anéfé ! »

 

C'était en effet en juin 2009, alors que Christine Albanel, entre deux soutiens à l'Hadopi, avait salué Mathias Enard, qui remportait avec Zone, le prix, cette année-là… 

 

« Le prix du Livre Inter vient d'être attribué à Zone de Mathias Enard, et je me réjouis de voir ainsi couronné ce roman ample et audacieux, voyage à travers les régions meurtries de la mémoire et du présent méditerranéen. La longue phrase majestueuse et précise, lyrique et aiguë, emportée et réfléchie de Zone en fait véritablement un grand roman de notre époque. »

 

On peut le vérifier en partie à cette adresse, cela faisait un long moment que le ministère de la Culture n'avait pas pris le temps de saluer une telle remise de prix. Frédéric Mitterrand, pour exemple, n'en fit pas une seule fois état, ni en 2010, ni en 2011 - en 2009, il n'était pas en poste. 

  

Faut-il y voir l'expression du changement, qui intervient donc maintenant, ou un simple "zèle maladroit" de la part de la ministre ? Après tout, France Inter est une radio du service public et le prix décerné est donc, par extension, un prix du service public, dont elle a la responsabilité ? Les mauvaises langues, en période de législative, noteront que Christine Albanel n'avait salué qu'une seule fois le lauréat du livre Inter… quelques semaines avant de se faire gentiment remplacer, justement par Frédéric Mitterrand…

 

Gare aux signes.

 

Contactée par ActuaLitté, Eva Betan n'était pas joignable pour nous apporter un éclairage...

 

Crédit photo, France Inter




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.