Prix du livre numérique : une tendance à la baisse, mais...

Clément Solym - 01.10.2009

Edition - Economie - prix - livre - numérique


La dernière étude rendue par la Foire du livre de Francfort mettant l'accent sur deux éléments : l'avènement du numérique, qui dépassera le livre imprimé à l'horizon 2018, mais livrait également une petite bombe : quelques éléments sur le prix des ouvrages numériques, vu par les professionnels.

Largement débattu, en effet, le prix du livre numérique suscite la convoitise des uns et l'inquiétude des autres. Selon les chiffres que de l'étude que nous vous rapportions, il était possible de ramener les statistiques à trois grandes catégories :
  • Aussi cher ou plus cher : 19 % des répondants
  • Entre 10 et 30 % moins cher : 42 % (avec une prédominance pour le 20 % moins cher, voir notre actualité)
  • Plus de 30 % ou un prix standard (c'est-à-dire à peu près fixe) façon Amazon : 31 %
Restaient alors 6 % qui proposaient autre chose, mais dont l'étude ne fait pas état. On peut retenir donc que globalement, hormis un petit cinquième d'irréductibles, que la grande majorité des professionnels sondés est favorable à une réduction du prix. Et c'est heureux...

Durant la conférence de presse qui se déroulait hier au CNL, nous avons eu l'occasion d'évoquer la baisse de la TVA sur les ouvrages numériques avec Hervé Gaymard : s'il y est favorable, et plus, reste que cette décision ne dépend pas de lui. « Il faudrait encore que l'Europe soit d'accord » nous souligne un importun. Non, inutile de s'énerver, ni de lui rappeler que l'Europe s'est déjà prononcée sur le sujet. Et qu'outre-Manche, on se démène pour faire avance le schmilblick...

Mais l'idée n'est du tout du goût du SNE, souvenirs, souvenirs : « Enfin, d’aucuns estiment que le prix du livre numérique devrait être inférieur de 30 % à celui du livre papier. Or, il serait absurde de vouloir définir a priori un différentiel de prix entre livre numérique et livre papier. D’une part, parce que le prix différera selon le type de livre numérique [...]. D’autre part, le livre numérique conduit à proposer de nombreux modèles commerciaux autres que la vente de livres à l’unité [...]. En tout état de cause, c’est le marché qui imposera peu à peu les prix, qui seront sans doute très différenciés. »

Hier, dans le cénacle où nous étions, impossible de découvrir cette tendance de voir les ebooks largement à la baisse clairement affichée. On se tâte encore, on fronce les sourcils, et si l'on consent à une réduction (« mais la Fnac fait déjà une réduction sur son site pour les ebooks », nous assène-t-on avec violence, ton hautain et scandalisé cependant compréhensible après la harangue pro-loi Lang faite par MM. Gaymard et Mitterrand), elle ne dépassera pas les 10 %.

Si le ministre de la Culture souhaite réellement mettre en place une offre légale et attractive, la course sera longue pour y parvenir...