Prix unique méconnu, internet en hausse, quid du livre en 2009 ?

Clément Solym - 23.02.2010

Edition - Economie - prix - unique - méconnu


Au cours de la conférence annuelle GfK, un fameux regard sur les modes de consommations des produits culturels en France a été présenté. L'atmosphère globale est tendue : pour une grande majorité de Français, un livre est plus cher en librairie que sur Internet et le cabinet d'étude pointe une triste réalité : « 83 % des Français ignorent que le prix du livre est unique en France, quel que soit le point de vente. »

Pourquoi ? Parce qu'en règle générale, c'est moins cher sur internet, se disent nos compatriotes, donc forcément, pas de raison que le livre déroge à la règle. En fait, cela pointe surtout une méconnaissance quasi totale de la loi Lang sur le prix unique, qui, dans notre plateau de fromages de pays, fixe un même prix, quelle que soit la boutique où il est acheté.


En outre, toute la campagne orchestrée par Amazon sur les frais de port offerts a largement participé à cette vision des choses. Mais rappelons que chez Fnac ou d'autres revendeurs en ligne, ces frais sont également offerts. Pas de raison de taper uniquement sur le cybermarchand de Seattle de ce point de vue.

Conséquence plus ou moins directe, note le cabinet, le secteur se porte bien : « Plus de 600.000 ventes ont été faites sur des ouvrages parlant de la crise financière », ce qui confirme les derniers résultats avancés pour l'année 2009. En effet, on apprend que l'industrie du livre connaît une croissance de 24 % via les achats sur la toile, ce qui fixe à 7 % les sommes générées par ce secteur.

Côté livre numérique, on est encore loin de chiffres analysables, même si le public français ne semble pas opposé à ce nouveau mode de lecture. De fait, ils sont plus de 60 % à être prêts à tenter l'expérience, lorsque la très grande majorité (97 %) souhaite surtout que les prix baissent. Leurs propositions sont simples : 7 € pour un ebook récent, 4 € pour un livre de plus d'un an et 4,5 € pour une BD.

Hem... un gouffre si l'on regarde ce qui est aujourd'hui proposé...

Le marché du divertissement représente en France 7,89 milliards €, avec 4,2 milliards € générés par le livre - soit une hausse de 3,9 %. Avec un prix moyen pour un livre de 10,90 €, on reste sur des tarifs particulièrement attractifs - et en parallèle, on découvrira que 600.000 ouvrages concernant la crise économique ont été vendus.

Les grands vainqueurs pour 2009 restent Stephenie Meyer avec 2,5 millions de livres vendus et Millenium, avec 1,4 million.