Prix unique pour le livre papier, la loi italienne entre en vigueur

Clément Solym - 08.09.2011

Edition - Société - leggelevi - prixunique - italie


Le parlement italien a voté le 20 juillet dernier une nouvelle loi, appelée loi Levi, sur le prix des livres, avec une majorité qui rassemble des députés de tous les bords. Cette loi vient d’entrer en vigueur, le 1 septembre.

La loi encadre le taux de rabais normal et les périodes de rabais exceptionnel. Consensuelle parmi les éditeurs et les libraires italiens, elle ne l’est pas parmi les consommateurs. Elle ne s’appliquera pas aux livres numériques.

 
La loi Levi interdit de faire des remises supérieures à 15 % du prix de couverture, sauf dans les foires ou les campagnes promotionnelles où ce sera 20 et 25 %. Les périodes de rabais exceptionnel sont limitées à 1 mois outre la période de Noël.
 

 


Marco Polillo, président de l’association des éditeurs italiens, se félicite du vote et remercie le législateur, ne laissant ainsi aucun doute sur le fait que la loi lui est destinée : « Je tiens à adresser mes sincères remerciements à tout ceux qui se sont chargés, avec patience, persévérance et conviction, de mener à bien ce projet d'une importance extraordinaire pour la culture de ce pays. » 
  

Pour Marco Polillo, « la loi améliore sensiblement la situation actuelle, de fait sans contrôle, à travers une réglementation du marché qui, pour garantir aux lecteurs d’accéder à une offre variée, laisse les éditeurs décider du prix de leur production, et définit clairement les limites dans lesquelles les promotions sont possibles. »

 
Ça chambre

 

Tous ne sont pas d’accord avec le pouvoir accru que l’édition italienne obtient sur ses productions par cette loi, surtout du côté de quelques consommateurs qui préféraient les tarifs d’Amazon, et l’ont nommée par dérision « Loi Anti-Amazon ».

Ces dernières semaines, Amazon annonçait sur sa page d’accueil que les jours étaient comptés si les clients voulaient profiter de ses tarifs non-régulés (voir l'image). Et surtout, depuis quelques mois, le cybermarchand pousse très fort pour faire démarrer le livre numérique au travers de sa plateforme Kindle. (voir notre actualitté)

 

Une pétition en ligne a obtenu 2 500 signatures en 3 jours. La loi est considérée comme protectionniste mais surtout anachronique quand il suffit de vendre ses livres à partir de l’étranger ou de vendre des livres numériques pour y échapper.

Les bibliothèques étaient habituées à des rabais plus importants et ont demandé que la loi ne s’appliquent pas à elles, apparemment sans succès.

 

(Via le Corriere della Serra et La Vera Cronaca)