Procès du Lexicon gagné par Rowling : l'encyclopédie sur Potter annulée

Clément Solym - 09.09.2008

Edition - Justice - Rowling - encyclopédie - Lexicon


Le procès du Lexicon est probablement le plus important dans le contrôle par des auteurs des droits d'utilisation de leur propriété intellectuelle. Et le juge de district Robert P. Patterson a définitivement tranché dans cette histoire : l'encyclopédie que Steven Vander Ark a mise au point causerait un préjudice irréparable à Rowling si elle était publiée sous forme de livre. Il a ainsi accordé 6750 $ de dommages et intérêts à Warner Bros. Entertainement et à l'auteure.


Aucun plaisir dans cette victoire

« Je n'ai pris aucun plaisir à mener cette action en justice, et je suis soulagé que cette question ait été réglée favorablement, commente Rowling. Je suis allée au tribunal pour défendre le droit des auteurs du monde entier à protéger leur travail. Le tribunal a confirmé ce droit. »

L'histoire remonte à quelque temps déjà et s'est divisée en deux parties qui ont complexifié la situation. À l'origine, il y a un site, piloté par Steven, qui se voulait une sorte de référence sur Harry Potter, et donnait divers éléments pour comprendre l'univers bâti par Rowling. Un site qu'elle-même avait salué, tant pour sa conception que pour son contenu.

Édition d'une encyclopédie papier

Puis, il y eut cet éditeur, RDR Books, basé au Michigan qui a manifesté l'intention de publier un livre reposant sur les éléments du site de Vander Ark ; « le pillage de 17 années de mon travail », avait alors commenté Rowling. Et le juge Patterson fut saisi pour déterminer si l'utilisation faite par Steven de la création originale de Rowling restait dans un cadre légal et loyal. Ce qui a donc été infirmé par la décision prise hier.

Droits d'auteurs bafoués ? Copie illégale ?

Le procès avait été conjointement mené par la Warner et l'auteure, contre l'éditeur et Steven. La première défense de RDR fut d'affirmer qu'en qualité de guide de référence, son ouvrage pouvait profiter de la législation inhérente, et que le recours au contenu de Rowling se faisait dans le respect du droit d'auteur.

Le juge ne l'a pas entendu ainsi : « Le Lexicon s'approprie trop le travail de créatrice de Rowling pour être considéré comme un ouvrage de référence. »

Anthony Falzon, l'avocat de RDR n'a pas encore vu la déclaration du juge, et ne pouvait donc commenter cette décision, mais l'hypothèse d'un appel semblerait complètement folle. « Le projet de ce livre s'accaparait une énorme quantité de mon travail et n'ajoutait finalement aucun réel commentaire original », conclut Rowling. Et si de nombreux livres ont paru, qui détaillaient l'univers de son sorcier, le Lexicon n'appartenait clairement pas à cette branche.

Se don côté, Vander Ark est évidemment « déçu du résultat », et nous apprenons in extremis que l'éditeur ne se refuserait pas à un appel.