Procès : Hollande, Trierweiler et la justice indépendante

Clément Solym - 10.12.2012

Edition - Justice - François Hollande - Valérie Trierweiler - Séparation des pouvoirs


Tandis que la compagne du président de la République, Valérie Trierweiler, attend le jugement en janvier pour diffamation des auteurs de sa biographie La frondeuse, François Hollande a quant à lui adressé une lettre au tribunal de grande instance de Paris... pour dénoncer comme « affabulation » un passage du livre. Alors que le candidat à la présidence s'était engagé à promouvoir l'indépendance de la justice, la défense des auteurs et les membres de l'UMP saisissent la perche tendue et dénoncent l'intervention comme une « violation de la séparation des pouvoirs ».

 

 

<

>

 

 

Des lettres qui font polémique

 

« Moi, président, je ferai fonctionner la justice de manière indépendante », avait déclaré François Hollande alors simple candidat à la présidence, au cours d'un débat l'ayant opposé à Nicolas Sarkozy. Un engagement qui nourrit la polémique lorsque six mois plus tard le président a adressé au TGI un courrier manuscrit par lequel il dénonce l'affabulation que constituerait un extrait du livre attaqué en justice par sa compagne.

 

Il affirme n'avoir jamais écrit une lettre que les auteurs prétendent qu'il aurait adressée à Patrick Devedjian, et ajoute : « L'invention ne peut être un procédé dans un essai politique sauf à être présenté comme un roman. » Manuel Valls, lui aussi a adressé une lettre au TGI, avec en-tête du ministère de l'intérieur, et au travers de laquelle il dénonce une déformation de ses propos par l'un des auteurs de la biographie de Valérie Trierweiler. 

 

Stupéfaction à droite

 

Maître Olivier Pardo, avocat des auteurs de La frondeuse, a alors réagi : « La séparation des pouvoirs a été violée. Le président de la République est garant de l'indépendance de la magistrature. C'est absolument incroyable ! On nage en plein délire. »

 

Une réaction suivie depuis par une partie de l'opposition politique. Bruno Beschizza, secrétaire national de l'UMP, s'est notamment interrogé : « Mélange de genres ? Confusion des pouvoirs ? », tandis que Philippe Juvin a argué : « La majorité présidentielle se présente sans cesse en défenseur des droits et en grande moralisatrice de la vie publique. Mais, elle a du mal à passer de la théorie aux travaux pratiques. [...] Selon bon nombre de députés européens étrangers, de tels faits conduiraient n'importe quel responsable gouvernemental à démissionner sur-le-champ. »

  

Simple témoignage à gauche

 

L'avocate de Valérie Trierweiler, Frédérique Giffard, a soutenu quant à elle que le président n'était pas partie prenante au procès, mais simple témoin, dans le cadre d'une affaire privée et non à titre de chef d'État. 

 

D'un point de vue juridique, une intervention à titre privé de François Hollande ne serait pas répréhensible. Comme l'explique le spécialiste Pascal Jan à BFM TV : « Lorsque François Hollande avait dit qu'il n'interviendrait pas dans des affaires de justice, on peut supposer qu'il pensait à des affaires publiques. La séparation des pouvoirs n'empêche pas une intervention à titre privé dans une affaire de justice. S'il y a un impact à cette intervention, il est politique. Mais juridiquement, cela ne pose pas de problème. D'ailleurs, d'autres présidents l'ont déjà fait avant lui. »

 

En attendant le verdict repoussé au 28 janvier, la compagne du président réclame 80 000 euros de dommages et intérêts et 5 000 euros de frais de justice aux auteurs, Christophe Jakubyszyn et Alix Bouilhaguet, ainsi qu'à leur éditeur, Yves Derai.

 

De son côté, Frédéric Espagnac, porte-parole du PS, a garanti que l'intervention du président ne se faisait qu'à titre de témoignage. « S'il a jugé bon de faire (une lettre à la justice), c'est (...) qu'il avait quelque chose à dire. Il faut le prendre pour ce que c'est. C'est-à-dire une lettre qu'il a décidé de faire. Pas plus, pas moins. »

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.