Procès : le libraire payait des toxicomanes pour voler des livres

Clément Solym - 05.08.2008

Edition - Justice - procès - libraire - vol


Sixième ville de l'État du Michigan, la ville d'Ann Arbor voit s'ouvrir un procès peu commun : celui d'un libraire qui est accusé entre autres d'avoir revendu des livres volés. La cour devra en effet examiner si le libraire a réellement embauché des toxicomanes pour dérober de la marchandise chez ses concurrents pour la proposer par la suite dans sa boutique.

Stephen Edward Koster, le propriétaire de David's Books, est donc accusé de recel, de dissimulation de biens, et complicité de vols, pour une valeur marchande de plus de 20.000 $. Il pourrait écoper de 10 ans de prison et/ou d'une amende de 25.000 $ en cas de condamnation.

Selon la police, Stephen est le cerveau qui se cache derrière une bande de trois toxicomanes qui ont durant plusieurs agi sous ses ordres. Par la suite, le gérant vendait le produit de leurs larcins sur Internet. L'enquête a commencé l'été dernier quand le gestionnaire d'une boutique a constaté la disparition de près de 300 manuels médicaux après un inventaire. Après inspection, 1.000 ouvrages du stock de Stephen ont été saisis, et 110 appartenaient bien au gestionnaire de Ulrich's Books.

Les complices devront témoigner des listes de courses que Stephen leur donnait : il les rémunérait 20 $ par livre, ce qui a permis de les entretenir en héroïne durant 6 mois. Lineas Baze Lewis, avocat de Koster maintient l'innocence de son client : « Il ignorait que ces livres avaient été volés quand il les a reçus. »

Mais il ne nie donc pas savoir pas à qui il les achetait...