Procès Weinstein : une jurée mise en cause pour sa lecture du Consentement

Antoine Oury - 26.02.2020

Edition - Justice - Proces Weinstein - Weinstein justice - Donna Rotunno avocate


Reconnu coupable de viol et d'agression sexuelle, Harvey Weinstein connaitra sa sentence le 11 mars prochain : son procès restera l'un des plus suivis de l'année, d'autant plus qu'il avait lancé le mouvement #MeToo, à l'origine de la libération de la parole de nombreuses femmes victimes de harcèlements ou d'agressions sexuelles. La défense de Weinstein, très vindicative, a tenté de discréditer une membre du jury en se basant sur ses lectures, apprend-on. Notamment celle du livre Le Consentement, de Vanessa Springora.

8 mars 2018
Manifestation à Paris, le 8 mars 2018
(photo d'illustration, Jeanne Menjoulet, CC BY-ND 2.0)
 
 
Condamné le lundi 24 février dernier, reconnu coupable d'agression sexuelle au premier degré et de viol au troisième degré, Harvey Weinstein risque entre 5 et 25 années de prison. La sentence sera connue le 11 mars prochain, mais les avocats du producteur déchu ont d'ores et déjà annoncé leur intention de faire appel de la décision du juge.

Ce dernier connait bien l'équipe d'avocats qui assure la défense de Harvey Weinstein, dirigée par la redoutable Donna Rotunno : le 16 février dernier, cette dernière a fait paraitre dans Newsweek une tribune, où elle appelait les membres du jury du procès de Weinstein à aller « au-delà des gros titres » pour juger de la culpabilité de son client. Une adresse directe qui n'a pas vraiment plu au juge d'État James Burke.

Burke a du intervenir à une autre reprise pour s'exprimer sur une demande de la défense de Weinstein : les avocats ont tenté de faire remplacer une membre du jury, apprend-on, au prétexte que ses lectures et que ses propres textes — elle est elle-même autrice — pourraient l'influencer. 

Selon la défense de Weinstein, cette membre du jury se serait rendue coupable « d'avoir donné son avis sur des livres évoquant des hommes âgés ayant des attitudes de prédateurs », rapporte Vulture. En outre, le roman écrit par cette femme, de son propre aveu, mettrait aussi en scène un personnage masculin âgé, qui se livrerait à des comportements déplacés.

Damon Cheronis, avocat de Harvey Weinstein, relevait ainsi que cette membre du jury avait chroniqué le livre de Kate Elizabeth Russell, My Dark Vanessa, roman dans lequel une femme reconsidère la relation sexuelle qu'elle avait eue avec un professeur d'anglais alors qu'elle n'était âgée que de 15 ans. Parmi les autres lectures de la jurée, dévoilées sur un réseau social du livre, Le Consentement de Vanessa Springora, qui évoque sa relation avec Gabriel Matzneff et l'emprise de ce dernier sur sa vie.
 

Le juge Burke ne semblait pas totalement convaincu par les inquiétudes de la défense de Weinstein : après avoir interrogé la membre du jury, il a conclu qu'elle « lisait simplement le livre, aussi la demande est rejetée ». Après une nouvelle demande de la défense de Weinstein, le juge a maintenu sa position : « Ma conclusion reste qu'elle n'a rien fait de mal », a-t-il opposé aux avocats, le 19 février.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.