Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Projet de loi de finances 2018 : budget inchangé pour la Culture

Antoine Oury - 27.09.2017

Edition - Economie - Projet de loi de finances 2018 - ministère culture budget - ministère Culture finances


Comme tous ses prédécesseurs, Emmanuel Macron met en avant un budget renforcé pour la Culture, ce qui ne mange pas de pain lorsque c'est inscrit dans le Projet de loi de finances 2018. « Le Président de la République a tenu son engagement : le budget du ministère pour 2018 est préservé, et même conforté » se félicite Françoise Nyssen, ministre de la Culture, à la tête d'un budget de 10 milliards €. 


Françoise Nyssen et Erik Orsenna
Françoise Nyssen et Erik Orsenna (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 


Le Projet de loi de finances est toujours l'occasion de se féliciter de telle ou telle hausse de budget : quelques mois plus tard, la loi de finances rectificative vient remettre quelques pendules à l'heure et régler les comptes, avec les sommes réellement engagées dans la mission des différents ministères. Mais, en matière de poudre de perlimpinpin aux yeux, le ministère de Françoise Nyssen fait très fort.

 

On annonce ainsi 10 milliards € pour la culture, le « plus important budget jamais obtenu pour la politique culturelle ». Sonnez trompettes ! Sauf que la réalité est un peu différente : dans le détail, on observe que les crédits budgétaires hors pensions atteignent 3,395 milliards €. À ces crédits s'ajoutent les différentes taxes et mesures fiscales qui bénéficient au ministère, permettant d'atteindre 9,906 milliards €, le fameux montant.

 

Sauf que les crédits du ministère, son budget réel alloué par le gouvernement, n'ont pas vraiment évolué : ceux du Projet de loi de finances 2017 atteignaient 3,6 milliards € avec pensions. Bref, on ne peut pas dire que ce soit vraiment la fête au service compta, avec une hausse des crédits de seulement 0,7 %... Et devinez quoi ? Oui, en 2017, Audrey Azoulay, alors ministre de la Culture, se félicitait de « 10 milliards € d'investissement de l'État dans la culture » !

 

De fait, certains postes budgétaires sont à la baisse dans le PLF 2018 : le programme Patrimoine (de 898 à 897 millions €), le programme Recherche (de 120 à 112 millions €), le programme Presse et média (de 294 à 285 millions €) et enfin le programme Livre et les industries culturelles (de 277 à 271 millions €). À l'inverse, quelques programmes voient leur budget prévisionnel augmenter : le programme Création (de 777 à 779 millions €), le programme Transmission des savoirs et démocratisation de la Culture (de 551 à 555 millions €).

 

Éducation artistique et culturelle : les bibliothèques au premier plan

 

Les objectifs que ce budget 2018 devrait permettre de remplir sont les suivants :

 

  • offrir à tous un accès à la culture ;
  • favoriser par la vie culturelle la cohésion sociale et le dynamisme économique des territoires ;
  • contribuer à la refondation de l’Europe, de la francophonie et de l’action culturelle internationale (Emmanuel Macron l'a évoqué dans un récent discours) ;
  • soutenir la création et les artistes et préserver le modèle français de diversité culturelle ;
  • conforter le modèle démocratique fondé sur l’indépendance, le pluralisme et le dynamisme des médias et de l’audiovisuel public ;
  • mettre en œuvre une politique culturelle globale et innovante dans ses modes d’action.

 

Dans le détail, voici quelques-unes des actions qui seront mises en œuvre :

 

Le Pass Culture

 

Le Pass Culture, destiné à permettre aux jeunes de 18 ans d'accéder à des œuvres culturelles à l'aide d'un crédit de 500 €, bénéficiera en 2018 d’une première dotation de 5 millions € permettant de développer les outils numériques nécessaires à son déploiement. L’effort se poursuivra tout au long du quinquennat.

 

L'extension des horaires des bibliothèques

 

Les crédits du concours particulier « bibliothèques » de la dotation générale de décentralisation (DGD) sont mobilisés en faveur des projets les plus significatifs d’investissements ou d’élargissement des horaires d’ouverture des bibliothèques (80,4 millions €), indique le ministère. Si ces crédits sont inscrits au budget du ministère de l’Intérieur, l’instruction des dossiers est conduite par les services déconcentrés du ministère de la Culture, en lien avec les préfectures.

Une mission conjointe des inspections générales de l’administration (IGA) et des affaires culturelles (IGAC) a été lancée pour calibrer les moyens nécessaires à la mise en œuvre de la priorité en faveur de l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques.

 

Les relations avec les collectivités territoriales

 

Des contrats offrant la souplesse nécessaire seront noués entre l’État, les collectivités territoriales, et les associations culturelles, afin de soutenir des projets innovants pour irriguer au mieux les « zones blanches » de la culture, en s’appuyant sur tous les acteurs locaux, le tissu associatif, les artistes, les établissements culturels. Tous les dispositifs conventionnels du ministère incluront une clause dédiée à l’éducation artistique et culturelle et une clause de solidarité pour aller au-devant des personnes les plus éloignées de la Culture.

 

Le livre et la lecture dans les parcours d'éducation artistique et culturelle

 

Le livre et la lecture bénéficieront de 18 millions € au sein du programme Transmission des savoirs et démocratisation de la Culture (555 millions €), avec notamment l’amplification des dispositifs Premières Pages et Des livres à soi, le développement des conventions territoires lecture avec les collectivités locales (+0,8 M€) ;

 

Les archives

 

Le programme d’investissement engagé en 2017 pour faire face aux besoins de conservation et d’accessibilité des archives publiques nationales sera ainsi amplifié en 2018 (+ 6,5 M€) pour la rénovation du site des archives nationales de Paris dans le cadre du schéma directeur pluriannuel, l’aménagement du site de Pierrefitte-sur-Seine (fermeture du site de Fontainebleau et redéploiement de ses fonds), les travaux d’investissement des archives nationales d’Outre-mer à Aix-en-Provence et des archives nationales du monde du travail à Roubaix et le développement du programme VITAM (Valeurs immatérielles transmises aux archives pour mémoire) destiné à la conservation des archives nativement numériques. Le ministère continue également d’accompagner les projets de construction, extension ou réhabilitation des bâtiments des directions d’archives départementales, avec une enveloppe maintenue à 4 M€. 

 

La langue française et les langues de France

 

Les moyens alloués à la politique linguistique sont confortés en 2018 (+0,04 M€). Ils permettent de favoriser l’emploi de la langue française. Ils visent à en faire une langue commune, partagée et maîtrisée mais aussi une langue moderne, présente dans l’univers numérique, une langue vivante et une langue diplomatique.

 

La rénovation de la BnF et de la Bpi

 

Outre la poursuite de la rénovation du quadrilatère Richelieu, le ministère annonce une baisse de 2,8 % des crédits de fonctionnement de la Bibliothèque nationale de France tout en promettant que cette baisse sera « pour l'essentiel » compensée par la diminution du taux de gel en 2018, mais assure que la subvention d'investissement sera maintenue à 24 millions €.

 

1 million € sera mis de côté pour le chantier 2019-2020 qui concernera la Bibliothèque publique d'information, avec la réfection des sols et la réalisation d'une entrée commune avec le Centre Pompidou.