Projet de loi de Finances : le Budget Culture 2014 en baisse de 2 %

Nicolas Gary - 26.09.2013

Edition - Economie - ministère de la Culture - projet de loi de Finances - réduction budgétaire


Le ministère de la Culture vient de diffuser une infographie pour présenter le projet de loi de Finances 2014. C'est un budget de 7,26 milliards € qui sera mis à disposition du MCC, soit 2 % de moins que ce qui avait été alloué l'année passée - soit 7,4 milliards €. 

 

 

 

 

Toutes dépenses confondues, le MCC avait déjà accusé le coup d'une baisse de 2,3 % en regard du budget 2012, que Frédéric Mitterrand avait présenté comme un budget sanctuarisé. Mais la crise se poursuit et les dépenses publiques continuent d'être réduites. 

 

Pour cette année, le MCC présente les chiffres suivants  : 

2,69 milliards pour la culture et la recherche culturelle (-2%) et 4,56 milliards pour les médias, la lecture et les industries culturelles (-2,1%). Le Ministère, qui continue de participer à l'effort de redressement des finances publiques, donnera la priorité à la jeunesse : 39 M€ seront alloués à l'Éducation artistique et culturelle (+5 M€, soit une hausse de 15% par rapport à 2013). Les moyens alloués à l'enseignement supérieur progressent de 7% y compris les bourses.

 

Pour ce qui est des filières du livre, le soutien aux librairies indépendantes sera l'une des priorités du MCC, avec 1 million € dédiés, notamment au travers d'interventions réalisées en région. D'autre part, et conformément aux annonces faites par la ministre, un budget en faveur de la création et du développement des librairies sera alloué au CNL pour un montant de 2 millions €. « Le médiateur du Livre et le fonds de soutien à la librairie indépendante se mettent en place. Le travail sur la transition numérique doit se poursuivre en 2014 avec l'inscription dans le cadre législatif du nouveau contrat d'édition », ajoute le MCC.

 

Enfin, « un fonds d'avances de court terme destiné à consolider la trésorerie des librairies sera créé et le fonds d'aide à la transmission instauré en 2008 se verra significativement renforcé. Le CNL contribuera à partir de ses ressources propres pour doter ces fonds pour un montant total d'environ 9 M € ». Notons que ce fonds doit être abondé par les éditeurs, avec une contribution volontaire de 7 millions € supplémentaires.

 

Dans le cadre du soutien à l'édition et pour les projets de numérisation, plus d'un million € reste alloué. La numérisation des oeuvres indisponibles du XXe siècle, au travers du registre ReLIRE, reste d'actualité :  

La modernisation du secteur sera également accompagnée par un soutien spécifique du CNL aux projets de numérisation portés par les éditeurs, dont le projet de numérisation des livres indisponibles (ReLIRE) en partenariat avec la BnF.

 

On savourera qu'une fois encore, aucun chiffre ne soit donné de la part du MCC sur ce projet de numérisation dont on sait qu'avant même la première numérisation de livres, il a coûté au moins un million €, sans prendre en compte les coûts de communication (publicitaire, agence de communication, inexistante par ailleurs). Dans le même ordre d'idée, Hadopi subit une baisse de sa subvention, attendu que sa mission doit être reprise par le CSA.

 

Enfin, près de 10 millions € seront consacrés pour l'année 2014 au financement du droit de prêt en bibliothèque. Au finalement pour le livre et les industries culturelles, ce sont 262,18 millions € qui seront alloués, contre 267,42 millions l'an passé, un recul de 2 % représentant 5,24 millions €. 

 

Concernant la BnF, le budget est recentré sur des missions stratégiques : 

La Bibliothèque nationale de France (BnF) disposera en 2014 d'une subvention de l'État d'un montant de 203,4 M€, soit 188,8 M€ au titre du fonctionnement (+0,44 %) et 15,4 M€ au titre de l'investissement (-2,25 %). Cette subvention permettra à l'établissement public d'accomplir l'exercice de ses missions stratégiques et de poursuivre sa politique d'investissement dans un contexte général de maîtrise des coûts de fonctionnement.

 

Le projet de rénovation du quadrilatère Richelieu, dont le chantier est en cours, et doit s'achever en 2019, pour un budget global de 217,8 millions € imputés au MCC (80 % soit 175,5 millions €) et 42,3 millions au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.