Propagande littéraire du Klan à Charleston

Clément Solym - 23.05.2012

Edition - International - klan - distribution - recrutement


« Rejoignez le Klan », « Vous pouvez dormir tranquille ce soir en sachant que le Klan est éveillé ». Ce genre de tracts inonde régulièrement plusieurs quartiers de Charleston dans l'état de Caroline du sud. Ce lundi encore, alors que la police enquête pour la forme sur les distributeurs de cette propagande, un nouveau quartier vient d'être touché.

 

Des résidents de Westmoreland à Charleston ont découvert un sac contenant des prospectus mentionnant un numéro à appeler. Déjà sur le dossier pour une affaire similaire dans le quartier de West Ashley, la police, des journalistes ont indiqué être tombés sur un message automatique en faisant le numéro. Exception notable, cette fois, les forces de l'ordre n'ont pas reçu de plaintes.  

 

 

 

Il y a tout juste un mois, le Klan avait attiré l'attention des médias après une distribution massive de tracts en vue de recruter de nouveaux chevaliers suprématistes. Plus globale, cette action avait permis de diffuser les documents dans des boîtes aux lettres ainsi que sur le trottoir de deux avenues.

 

Recrutement actif et constitutionnel

 

Le document en question invitait le récipiendaire à visiter un des centres de la fraternité ou à passer un appel téléphonique. Si la police a bouclé le quartier suite à la vive émotion partagée par de nombreux habitants, le porte-parole de la police du comté a rappelé que le dépôt de documents du Klan n'avait rien d'illégal. Néanmoins, la police a renforcé ses patrouilles.

 

 

 

Responsable du groupe, un parmi les nombreuses organisations se revendiquant héritière du Klan originel, Frank Acona appuie dans le sens d'une action « légale » et même « constitutionnellement protégée ». Et ajoute : « Je suis désolé que quelqu'un puisse être heurté par cela. Je suis parfois heurté quand je reçois un journal dans mon jardin contenant des articles qui promeuvent des modes de vie avec lesquels je suis en désaccord, mais je n'appelle pas la police. Je choisis de ne pas lire l'histoire ».

 

Erreur d'aiguillage

 

Chef et pasteur auto-proclamé d'une autre fraternité blanche, Thomas Arthur Robb ironiserait presque après avoir appris qu'une jeune femme noire avait reçu le prospectus. « Un accident »,  et de conclure « Nous n'essayons pas de recruter des Noirs ». 

 

En novembre dernier Ladson, ville du même état, avait été également touchée par le phénomène.