Protection de l'enfance et média, il y a 'urgence à agir'

Clément Solym - 21.10.2009

Edition - Société - commission - médias - internet


En mars dernier, Nadine Morano, la secrétaire d'État à la Famille, avait constitué une commission chargée de lui remettre un rapport sur les « nouveaux dangers » et les bienfaits des médias sur les enfants.

Internet de plus en plus utilisé par les jeunes

Cette décision avait été motivée par la croissance « exponentielle » de la présence d'internet dans la vie des enfants et des adolescents. En préface ce rapport, qui doit être remis aujourd'hui même à Nadine Morano, insiste sur « l'urgence à agir ».

L'AFP indique que, selon différents sondages, près de 80 % des 10 millions de blogs en France sont tenus par des adolescents, que le chat est l'activité préférée des 12/18 ans et que 44 % des 6/8 ans surfent déjà de manière régulière.

Le rapport indique que « Ces nouveaux usages apportent des opportunités nouvelles d'information, de loisirs, de création, de communication, d'ouverture extrêmement positives ». Seulement la plupart du temps les médias sont utilisés par les jeunes « sans la modération apparente d'un adulte » ce qui rend « inopérants les dispositifs traditionnels de protection de l'enfance comme la signalétique ».

Dangers, dérives et mesures

La commission met aussi l'accent sur une autre dérive « l'apparente anonymisation de l'accès à internet peut véhiculer des illusions comme la virtualité des actes et un certain sentiment d'impunité ».

Le rapport préconise 14 mesures contre ces dérives et dangers. Parmi celles-ci on trouve, la création d'un enseignement obligatoire à l'école sur ces thèmes-là, la mise en place d'une meilleure information pour les internautes, la création d'outils techniques pour la protection de l'enfance, le développement d'un portail sur l'éducation aux médias ou encore la création d'une fondation d'éducation aux médias pour les parents et les enfants.

Cette dernière aurait en charge la création d'un « programme national pour l'éducation aux médias » et celui-ci devra concerner « tous les contenus et usages sur tous les supports ». De plus la fondation devra avoir « un rôle opérationnel, créant des synergies [...] pour la mise en oeuvre concrète de la politique d'éducation aux médias en rassemblant institutions publiques, associations, chercheurs, professionnels des médias et des réseaux ».