Publication traditionnelle ou indépendante : faites vos jeux

Nicolas Gary - 11.01.2014

Edition - International - auteurs - autopublication - commercialisation des livres


« Le numérique inquiète les auteurs, pour leur rémunération, et aussi dans leurs relations avec les éditeurs. Simultanément, certains gros acteurs modifient la répartition de la valeur dans la chaîne de production culturelle en proposant des services exclusivement numériques, sans fournir de véritable travail d'édition. Veillons à maintenir la confiance entre auteurs et éditeurs », affirmait la ministre de la Culture, durant les débats au Sénat autour de la loi sur la vente à distance de livres. Qu'elle se rassure, les auteurs sont toujours attachés à l'édition traditionnelle.

 

 

 

 

Une étude présentée par Digital Book World montre en effet que les auteurs indépendants, ceux qui ont choisi l'autopublication préfèrent en effet les maisons classiques. Du moins, un peu. Parmi les auteurs interrogés, ceux qui ont profité d'une édition traditionnelle sont 7,5 % à avoir une préférence pour l'autopublication. Ceux qui sont en recherche de publication sont 10,1 % à envisager cette méthode. 

 

Notons que 35,1 % de ceux qui ont commercialisé leurs oeuvres de manière indépendante gardent une préférence pour cette solution, et les auteurs ayant touché aux deux méthodes sont 29,8 % à préférer l'indépendance. Selon les données récoltées, ils sont peu nombreux, pour leur prochain ouvrage, à envisager l'autopublication. 

 

Ils sont 9210 auteurs à avoir répondu à l'enquête, soit deux fois plus que pour celle de l'année passée, avec un immense majorité qui n'avait pas encore publié de livres - soit 5972. Près d'un tiers avait achevé, au moment de l'étude, son manuscrit. Les auteurs autopubliés étaient 1636 à avoir répondu, contre 774 auteurs traditionnels et 598 ‘hybrides'. Et dans tous les cas, ils sont 80,4 % à écrire de la fiction. 

 

En dépit des informations qui parviennent sur les succès de l'autopublication auprès des auteurs, les auteurs traditionnels restent 87,2 % à préférer la méthode habituelle et 76,8 % chez les aspirants auteurs. D'ailleurs, 53,5 % des auteurs indés souhaitent basculer dans l'édition classique et 57,8 % pour les auteurs hybrides. 

 

via Digital Book World