Publier l'ebook d'abord pour faire tourner l'auteur à pleins tubes

Clément Solym - 18.02.2010

Edition - Société - publier - ebook - industrie


Tina Brown est assez atypique : dans une brève interview avec Galley Cat, la fondatrice des éditions Book Beast détaille sa vision du monde éditorial, côté numérique. Car sa société est partie à contre-courant complètement de ce qui se fait actuellement en publiant les livres numériques en amont du papier.

Leur première publication a eu lieu voilà trois mois, avec le lancement de l'ebook, et dans quelques jours, elle sortira en version papier, dans le cadre d'une joint-venture avec les éditions Perseus. Le livre en lui-même réunit en 40.000 mots des petites citations tirées de blogs et d'interventions de passionnés dans les colonnes du magazine The Daily Beast.


Et pourquoi cette optique ? Parce que c'est avec ce type de pratique que l'on forge l'intérêt du public. En octobre dernier, elle s'était expliquée longuement sur la nécessité de réduire les délais de parution et coller plus à l'actualité. Mais il faut également parvenir à capter une large audience en n'oubliant pas de proposer une version papier : avant tout, ne pas rater le coche, pour toucher le lectorat, ensuite assurer une visibilité sur une plus longue durée.

La prochaine histoire publiée sera celle d'Amanda Knox, condamnée à 26 ans de prison pour le meurtre d'une étudiante britannique en décembre dernier. Le livre est écrit par Barbie Nadeau, qui a suivi l'ensemble du procès et rassemblé ses notes pour un ouvrage de 40.000 mots exactement. Cela s'appelera Angel Face. (en savoir plus)

Et pour l'avenir, Tina est très confiante : elle envisage la parution d'un livre tous les deux mois... toujours en privilégiant le numérique...

Un vaste mouvement de contestation venant des gros éditeurs avait lancé momentanément la mode des ebooks vendus trois à douze semaines après la sortie du livre papier, pour lutter contre les prix jugés trop bas des livres numériques, vendus par Amazon.