Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

PUF : Répondre "aux usages du numérique dans les universités"

Nicolas Gary - 20.01.2014

Edition - Economie - presses universitaires de France - Denis Kessler - Dominique Lecourt


Denis Kessler, PDG de la société Scor, groupe français de réassurance, a annoncé que sa société allait prendre une participation majoritaire dans les Presses universitaires de France. La société, mise en vente pour partie en août dernier disposera désormais « d'un nouvel actionnaire puissant », nous précise Dominique Lecourt, président du Conseil de surveillance des PUF, joint par téléphone.

 

 

Dominique Lecourt

par Thomasparis2001, CC BY SA 2.0

 

 

« M. Kessler intervient maintenant, pour aider à la transformation de la maison. Il n'est pas éditeur, mais a toujours manifesté un vif attachement à notre maison, et plus particulièrement à l'édition de sciences humaines. Grâce à cet investissement, nous allons pouvoir répondre aux besoins du développement numérique, mais surtout aux usages du numérique dans les universités. »

 

Cette transition « fait partie d'un plan de mutation qui dans dans nos projets, officiellement, depuis quelque temps déjà, mais que nous n'avions pas les moyens de réaliser. Nous avons en effet cherché les moyens de répondre aux exigences de la situation actuelle, et l'avons trouvé avec ce nouvel investisseur. Toutefois, il n'est pas question d'abandon de nos parutions, y compris dans le domaine du grand public, qui a pu connaître certains succès », précise-t-il.

 

Après le plan social de juin dernier, ce sont sept personnes qui ont quitté l'entreprise, mais le président nous assure qu'aucun autre plan social n'interviendra par la suite. « Nous sommes bien plutôt dans une optique de développement. »

 

Le comité d'entreprise a été consulté la semaine passée sur l'arrivée de ce repreneur, « et nous a donné son accord ». Les autres actionnaires ont été informés par courrier ce jour. L'ensemble de la transaction sera complété dans le courant de la semaine. On saura alors précisément comment sont redéfinies les prises de participations dans la société.

 

Dominique Lecourt a été nommé en juin 2011 président-directeur général de Libris, actionnaire majoritaire des PUF - à la hauteur de 56 % - et directeur général de l'Institut Diderot. Parmi les actuels actionnaires, on compte également Flammarion,  qui dispose de 15,1 %, de la fondation suisse Martin Bodmer, à 4,5 % et du groupement d'assurances MAAF, MMA et GMF. 

 

« Qu'un grand groupe puisse aider une société à pouvoir, dans le domaine de l'édition donc dans la production du savoir et la diffusion du savoir, trouver un second souffle, ça fait partie aussi de notre mission », avait pour sa part déclaré Denis Kessler, auprès de LCI. « Il y a 30.000 auteurs aux PUF qui ont produit des œuvres. (…) Il y a là un patrimoine français qu'il était intéressant de sauvegarder. »