Qatar : le droit des femmes bafoué, parce qu'elles ignorent leurs droits

Nicolas Gary - 03.03.2016

Edition - International - droit femmes - Qatar hommes coran - islam religion musulman


Une femme, universitaire, et chargée de cours à l’Université du Qatar, s’est lancée dans la rédaction de deux articles évoquant le sort des femmes arabes musulmanes dans le pays. La doctoresse Kaltham Jaber, également écrivain, fait état d’une discrimination qui découle du fait que les femmes elles-mêmes ignorent leurs droits. Scandale.

 

Conservative Islamic women walking in Souk Waqif

Wesley Fryer, CC BY 2.0

 

 

 

Dans le Coran et à travers la sunna, la loi immuable (littéralement), qui découle des règles confiées par Dieu à ses prophètes, des droits clairs sont accordés aux femmes. Et les nier serait une tentative de contrôler les femmes, et de détruire leur personnalité, estime l’auteure. Des comportements qui relèvent d’un désir profondément ancré chez les hommes, de maîtriser la gent féminine. 

 

Plus largement, précise-t-elle, c’est toute l’éducation dans le monde arabo-musulman qui est responsable de la situation actuelle. Elle a créé un héritage qui exclut la femme de la société, et ne les respecte pas. Ainsi, Kaltham Jaber souhaite lancer une campagne nationale pour sensibiliser ses semblables, et la société plus globalement, aux droits des femmes.

 

Il s’agirait surtout d’impliquer les responsables religieux également, ainsi que des personnalités médiatiques. 

 

En outre, elle réclame la création d’une loi plus élargie sur le droit des femmes, et tout particulièrement dans le cadre familial, où les discriminations sont plus flagrantes qu’ailleurs.   

 

Les institutions doivent, selon elle, « adopter des lois plus strictes en matière de droit des femmes, mais aussi les former sur leurs droits – sur les lieux de travail, les organisations bénévoles, et partout où les femmes se retrouvent, comme les établissements publics, et ceux de l’enseignement supérieur ». 

 

Il existe pourtant des organismes chargés de défendre le droit des femmes au Qatar, et « les tribunaux débordent de cas de conflits conjugaux, où la femme est généralement la victime », pointe l’universitaire. Le taux de divorce serait même en forte augmentation démontrant « un dysfonctionnement des institutions ».

 

« Nous, musulmans, parlons toujours de la justice de l’islam et de l’intégrité avec laquelle il traite la femme, mais la réalité sociale nous fournit des exemples qui sont loin des règles de l’islam, où les hommes maltraitent leurs épouses du fait d’une éducation condamnable, transmise de génération en génération. »

 

Et de poursuivre : « Dans le monde développé d’aujourd’hui, il est indigne de traiter les femmes avec un pareil manque de respect, car elles sont les mères, les sœurs et les épouses et ont des droits permanents. [...] Le statut de la femme est un problème que nous ne pourrons jamais résoudre autrement que par une action forte, qui comprend des lois strictes. »

 

Elle passe également en revue les violences domestiques, qui peuvent dégénérer excessivement – et avoir des répercussions, en cas de divorce, sur la vie même des femmes. Pour exemple, la loi les contraint à se remarier si elles souhaitent obtenir la garde de leurs enfants : une femme célibataire n’est pas admise.  

 

(via Memri)


Pour approfondir

Editeur : Dalloz
Genre : droit essais
Total pages : 142
Traducteur :
ISBN : 9782247070145

Le droit des femmes

de Pisier-E+brimo-S (Auteur)

" mais qui va garder les enfants ? " aussi sexiste soit-elle, la question mérite, hélas, qu'on la prenne au sérieux. Le partage des tâches familiales reste encore le plus fin révélateur des obstacles à l'égalité entre les sexes. ce petit livre témoigne de la longue marche des femmes à la conquête de leur autonomie. a parcourir la succession de ces textes juridiques en france, on est partagé entre la colère et le fou rire. beaucoup moins humaines que les hommes, en 1789, les femmes ne naissent ni libres, ni égales. Et pour qu'elles ne le deviennent pas, durant plus d'un siècle, le droit ne leur donne pas de droits, il les en prive. aujourd'hui, les femmes les ont à peu près tous conquis. mais ces droits sont si récents que leur ancrage dans les moeurs reste imparfait, voire réversible. aux jeunes générations de s'en souvenir...

J'achète ce livre grand format à 2 €