Qu'est-ce qu'Apple fera des applications ebookstores ?

Clément Solym - 17.06.2011

Edition - Economie - applications - librairies - ebooks


Dans quinze jours, la date fatidique sera dépassée. Apple a décidé de durcir sa politique concernant l'achat au sein d'applications, bien que pour la presse, ce système ait été adouci. Et encore, ce n'est vraiment pas le dégel, comme adoucissement...

Mais dans le cas de marchand, et plus particulièrement d'ebookstores, la situation ne se réglera pas du tout. Et dans ce cas de figure, les regards se tournent vers Amazon et son application Kindle for iOS, qui dispose toujours d'un mécanisme d'achat externe à l'application, contrairement à la politique mise en place par Apple. f

Le bouton Shop in Kindle Store est toujours bien en évidence, et évidemment, dans le collimateur d'Apple. Surtout que les deux sociétés rivalisent d'annonce et de promesses séduisantes pour flatter le consommateur qui passe.

Péage obligatoire

À compter du 30 juin, le passage par l'In-App Purchase sera obligatoire, pour tout le monde. Et on se souvient que c'est justement ce changement de politique qui avait valu le refus de l'application iPhone de Sony. (notre actualitté) Dans ce contexte, Apple ponctionne également 30 % des ventes réalisées, ce qui n'a pas manqué d'impacter certains éditeurs français, qui avaient misé sur ce système.


Pour les librairies applications, c'est donc l'impasse. Apple va prendre sa commission, et le bouton faisant sortir de l'appli pour un achat sera interdit... Pour l'heure, ni Borders, ni Barnes & Noble, ni Amazon n'ont fait de commentaires sur la chose, pas plus qu'Apple n'a expliqué ce qui arriverait aux applis non conformes. (notre actualitté, et voir les commentaires)

Mais moins que les deux premiers, c'est bien sûr le troisième larron qu'Apple a dans le colimateur. Après tout, Apple est aujourd'hui le seul acteur high-tech à n'avoir aucun rapport avec le livre - et même si les résultats de Google ne sont pas déments, il reste un numérisateur massif, avec son projet Books.

Supprimer les concurrents

Pour s'acheter une place au soleil, Apple serait, à n'en point douter, disposé à supprimer la concurrence directement à la souche. Et tant pis pour les dommages collatéraux. Surtout que la vente de livres numériques, pour le marchand de Seattle représente aujourd'hui plus que la vente de livres papier. Alors, se retrouver avec la manne iOS coupée, c'est dur. Sans compter les investissements pour la réalisation des applications.

Les différentes sociétés ont d'ailleurs beau hurler que la situation sera alors économiquement intenable, dans la musique, le cinéma ou ailleurs, pas question pour Apple d'en démordre. Et l'on va au clash frontal entre les deux géants. D'ailleurs, dans cette guerre, Apple avait porté un vilain coup à Amazon, en instaurant le contrat de mandat, qui permet aux éditeurs de fixer un prix de vente pour leurs ebooks, sans permettre à un marchand tiers d'opérer des remises - et contrant donc Amazon et son fameux prix unique à 9,99 $...

De quoi inciter les sociétés à développer de l'HTML5, pour contourner Apple et ses contraintes. Et faire progresser le web vers un autre niveau...