L’auteur se caractérise avant tout par son statut juridique, qui le protège par le code de la propriété intellectuelle, et par son activité professionnelle, dont les spécificités et la rémunération varient suivant le type de publication (à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou dans le cadre de l’autopublication). Une liste d’associations d’auteurs et de diplômes français menant aux métiers de l’écriture viendra compléter ce panorama.

 

Auteur ou écrivain ?

 

Un « écrivain », en France, est autre chose qu’un homme qui écrit et publie. Un auteur même du plus grand talent, connût-il le plus grand succès, n’est pas nécessairement un « écrivain ». Tout l’esprit, toute la culture possible ne lui font pas un « style ». Paul Valéry

 

Si tout écrivain est un auteur, tout auteur n’est pas forcément un écrivain, dans le sens où il se distinguerait des autres par l’élaboration d’un style original plutôt que par les recettes de ses ventes.

 

 

 

Statut juridique de l’auteur

 

Le code de la propriété intellectuelle (1992) définit ainsi l’auteur : « La qualité d'auteur appartient, sauf preuve contraire, à celui ou à ceux sous le nom de qui l'œuvre est divulguée. » 

 

Il attribue à chaque auteur des droits inaliénables, dont le droit d’auteur :  « L'auteur d'une œuvre de l'esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. »

 

Suivant le mode de publication qu’il choisit, l’auteur endosse des statuts juridiques différents, qui influent sur sa rémunération :

 

- La publication à compte d’éditeur est la plus convoitée mais aussi la plus difficile à obtenir, puisque l’auteur doit être sélectionné par un comité de lecture. Dans le cadre du contrat d’édition, l'auteur cède tous ses droits et bénéficie en contrepartie d’une rémunération. Cette dernière comprend un à-valoir (une avance sur les droits d’auteur) ainsi qu’un certain pourcentage sur les ventes de son ouvrage publié, qui correspond à ses droits d’auteurs. L’écrivain bénéficie du statut de salarié et doit alors verser des cotisations à l’Agessa (la couverture sociale des auteurs). 

 

À lire : Comment recruter plus de lecteurs sur internet ?

 

 

- La publication à compte d’auteur est la solution vers laquelle se tournent certains écrivains qui ont essuyé des refus auprès des maisons d’édition. Elle consiste, pour un auteur, à prendre lui-même à sa charge les coûts de publication de son ouvrage. Il ne signe pas de contrat d'édition à proprement parler, et ne touche pas de droits d’auteur (car il ne les cède pas), mais des bénéfices sur les ventes. Il n’a pas le statut de salarié et est assujetti à l’impôt sur les bénéfices.

 

- L’autopublication fait de l’auteur son propre éditeur. Il peut, au choix, déclarer ses ventes en tant que revenus commerciaux ou endosser le statut d’auto-entrepreneur.

 

Auteure, autrice ou écrivaine ?

 

La féminisation des noms de métiers dans la langue française pose problème depuis le XVIIème siècle. Cela touche essentiellement les fonctions prestigieuses, dont celle d'écrivain, que de nombreux intellectuels (hommes) et l'Académie française ont tenté de préserver des femmes. Aujourd'hui, ces usages sont loin d'être uniformes... Certaines féministes militent pour ces appellations, dont Éliane Viennot dans son ouvrage Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin, et Céline Labrosse dans Pour une langue française non sexiste.

 

Formations universitaires

 

À l’image des cours de « creative writing », très répandus dans les universités anglo-saxonnes, se développent en France des diplômes valorisant le statut d'auteur. Voici une liste de formations menant aux métiers d'écrivain et de traducteur :

 

Formations d'écrivain public

 

- Licence professionnelle Conseil en écriture professionnelle & privée Ecrivain public (Université Sorbonne Nouvelle - Paris III) 

- DU (diplôme d’université) écrivain public et auteur conseil (Université de Toulon)

 

Formations de création littéraire 

 

- Master Lettres et création littéraire (Université Le Havre)

- Master Création Littéraire (Université Paris VIII)

- Master Métiers de l’écriture (Université Toulouse Jean Jaurès)

- Master Lettres parcours Métiers de l’écriture et de la création littéraire (Université de Cergy-Pontoise)

 

Formations de traducteur 

 

- Master Traduction littéraire et transferts culturels (Aix-en-Provence)

- Master Métiers de la traduction, traduction littéraire et générale (allemand, anglais, espagnol) (Université d’Angers)

- Master identité des cultures anglophones et traduction (anglais) (Université d’Avignon)

- Master professionnel Métiers de la traduction (anglais, espagnol) (Université Bordeaux III)

- Master 2 pro spécialité Traduction littéraire et édition critique (espagnol, portugais, arabe, italien) (Université Lumière Lyon II)

- Master de traduction littéraire professionnelle (Anglais) (Université Paris VII - Denis Diderot)

- Master de Traduction T3L (parcours « Traduire le livre ») (Allemand, anglais, arabe, espagnol, italien, portugais, russe) (Université Paris VIII - Vincennes-St-Denis)

- Master Traduire les littératures et les oralités (Institut national des langues et civilisations orientales)

- Master en traduction/interprétation, mention traduction littéraire (Université Marc-Bloch - Strasbourg II)

 

Association des traducteurs de France

 

CC-BY-SA-3.0

 

Associations d’auteurs

 

Ces associations sont membres du Conseil permanent des écrivains (CPE).

 

- Société des auteurs dans les arts graphiques et plastiques (ADAGP)

- Association des traducteurs littéraires de France (ATLF)
- La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse
- Cose-Calcre (information et défense des auteurs)
- Écrivains associés du théâtre (EAT)

- La Maison de poésie
- Pen Club
Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD)
Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM)

Société des Auteurs des arts visuels et de l'Image Fixe (SAIF)

- Syndicat des écrivains de langue française (SELF)

- Société des gens de lettres (SGDL)

- Syndicat national des auteurs et des compositeurs (SNAC)

- Union Nationale des Peintres-Illustrateurs (UNPI)

Union des Photographes Professionnels (UPP)

- Société civile des auteurs multimedia (SCAM)

L’union des Poètes & Compagnie