Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Quand Andrew Wylie, l'agent littéraire ultime, était un poète, doux rêveur

Antoine Oury - 06.09.2017

Edition - International - Andrew Wylie - Andrew Wylie agent littéraire - Andrew Wylie Victor Bockris


Son nom fait aujourd'hui trembler plus d'un éditeur : Andrew Wylie, agent littéraire dont la société, la Wylie Agency, représente notamment Salman Rushdie, Philip Roth, Chimamanda Ngozi Adichie ou encore Bob Dylan, est surnommé « Le Chacal » pour son opiniâtreté. Mais Wylie a eu plusieurs vies, dont celle de poète et une autre de journaliste-intervieweur acharné.


The Wylie Agency - Frankfurt Buchmesse 2015
La Wylie Agency, à la Foire du Livre de Francfort (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

On croise une impressionnante galerie de personnages, tous hauts en couleurs, dans le livre In the Seventies de Barry Miles, publié par Castor Music, avec notamment Allen Ginsberg, William S. Burroughs ou encore Patti Smith. Et un nom que l'on attendait moins, celui d'Andrew Wylie. En effet, ce dernier s'était lié d'amitié avec un Britannique, Victor Bockris, expatrié très tôt aux États-Unis avec sa famille et installé, en ce début des années 1970, à New York.

Tous deux passionnés par les écrits de la Beat Generation, ils se lancent dans un projet de revue poétique à même de porter les poètes de leur génération comme City Light Books, éditeur du fameux Howl d'Allen Ginsberg, l'avait fait pour leurs idoles littéraires. 

Wylie et Bockris se retrouvent ainsi à la tête d'une librairie, surtout tenue par le premier, sur Jane Street, à Greenwich Village, et leur collection, comme celle de City Light, « avait une taille et un format standard », communs à tous les titres, explique Aram Saroyan, poète et collaborateur de deux larrons. La collection Telegraph Books est née, le temps de dix livres, signés par Bockris et Wylie (le recueil de ce dernier s'appelait Yellow Flowers), Aram Saroyan, Gerard Malanga ou encore Patti Smith. C'est d'ailleurs Wylie qui avait repéré cette dernière, sur conseils de Malanga.

Deux livres de la série Telegraph Books (via From a secret location)


 

Quelques mois plus tard, en 1973, Wylie et Bockris ont une nouvelle lubie : interviewer des gens. Pas n'importe qui : les deux amis s'écrivent une liste de 100 noms de personnalités et s'engagent à tous les interroger. « Ils ont obtenu des entretiens avec Salvador Dalí, Roy Halston, François Truffaut, John Huston, Andy Warhol et John Lennon », rapporte Barry Miles.

Et les auteurs de vendre leurs articles aux revues People, Oui, Penthouse ou Viva.

 

« Tenaces, ils poursuivaient leurs cibles au téléphone jusqu'à ce qu'ils acceptent. [...] Nul doute qu'ils étaient performants dans leur pratique, certaines célébrités ayant en effet parfois émis leurs craintes de découvrir, révélés sur papier, des détails intimes sur leurs vies », souligne l'auteur d'In the Seventies...

 

Wylie Bockris, le nom fictif que s'étaient donnés les deux hommes, a ensuite disparu, tandis que l'un devenait auteur de biographies et l'autre agent littéraire, sûrement encouragé par cette vocation à l'obstination...


Barry Miles - In the Seventies - Castor Music - 9791027800506 - 20 €

Pour approfondir

Editeur : Castor Astral
Genre :
Total pages : 246
Traducteur :
ISBN : 9791027800506

In the seventies ; aventures dans la contre-culture

de Barry Miles(Auteur)

Débutant avec l'exposition Weathermen à Greenwich Village and se terminant avec le punk, les années 1970 ont été l'âge des extrêmes, entre sexe, drogue et bien-sûr, le rock and roll. Entre les scènes underground de Londres, New York, et de la Californie, Barry Miles se remémore et raconte ses rencontres avec les légendes de la décennie. In the Seventies est un mémoire qui défie les perceptions modernes des années 1970 ; loin de la simple compilation d'anecdotes, l'auteur montre ici à quel point des artistes comme Patti

J'achète ce livre grand format à 20 €